Sinusite maxillaire

La sinusite maxillaire est une infection qui peut nous conduire auprès d’un oto-rhino-laryngologiste. Il s’agit, en effet, d’une pathologie de la sphère ORL (Oto-rhino-laryngologie). Elle affecte les enfants, mais plus fréquemment les adultes. Ainsi parmi les sinus paranasaux, le sinus maxillaire est le plus affecté chez l’adulte. D’origine diverse (bactérienne, virale, fongique…), la sinusite maxillaire se manifeste par des épisodes aigus. Dans bien des cas, elle peut être récurrente, voire chronique avec une symptomatologie marquée par la douleur. Les signes cliniques permettent d’établir le diagnostic qui peut nécessiter des examens complémentaires. La sinusite est une pathologie qui peut nécessiter une intervention chirurgicale lorsque la prise en charge médicale s’avère insuffisante pour guérir le malade.

La sinusite maxillaire, qu’est-ce que c’est ?

Dérivé du mot latin ‘’maxilla’’ qui signifie mâchoire, le maxillaire est un os creusé d’une cavité : le sinus maxillaire. Il y a quatre types de sinus : les sinus maxillaires, sphénoïdaux, ethmoïdaux et frontaux. Tout comme les autres sinus, ceux de l’os maxillaire sont des cavités remplies d’air et communiquant avec les fosses nasales par le biais d’un orifice étroit appelé l’ostium. Ils sont au nombre de 2, l’un à droite et l’autre à gauche.

Visage humain
La sinusite maxillaire se localise au niveau du sinus maxillaire qui se trouve lui-même sous les orbites,p, rès du nez.

Sous les orbites, près du nez

Creusés dans l’épaisseur de l’os maxillaire supérieur et caractérisé par une forme pyramidale, les sinus maxillaires situés près du nez, sous les deux orbites, sont les plus grands ou les plus volumineux. D’origine virale, bactérienne ou fongique, l’inflammation qui survient au niveau de la muqueuse de cette grande cavité est appelée la sinusite maxillaire. Autrement dit, la sinusite maxillaire est une infection du sinus maxillaire qui est tapissé de muqueuses.

Très fréquente

Cette pathologie de la sphère ORL est la plus fréquente parmi les différentes sinusites (frontale, ethmoïdale, sphénoïdale). Un seul sinus maxillaire peut être affecté ou même les deux, avec des symptômes qui varient considérablement d’une personne à une autre ou d’une forme (aigüe ou chronique) à une autre.  

Tout le monde peut en être atteint

La sinusite maxillaire est une pathologie qui peut apparaît à tout âge, affectant les hommes et les femmes, ainsi que les adultes et les enfants. Elle requiert un diagnostic et des soins médicaux appropriés en vue d’éviter toute aggravation ou des éventuelles complications qui peuvent évoluer vers des formes chroniques. Le pronostic de l’évolution de cette pathologie est favorable lorsque nous bénéficions d’un traitement médical de bonne qualité.

Les différentes formes de sinus maxillaire   

La sinusite maxillaire aigüe ou chronique

En fonction de la durée et la fréquence des symptômes, nous pouvons distinguer les sinusites maxillaires aigües des sinusites maxillaires chroniques.

Lorsque la durée de la maladie n’excède pas un mois et apparaît moins de 3 fois au cours de l’année, il s’agit d’une sinusite maxillaire aigüe dominée par la douleur, le plus souvent consécutive à une infection virale. La forme chronique est caractérisée par une durée qui excède 3 mois. Elle est caractérisée par une sensation d’inconfort, des symptômes moins sévères. Elle peut être asymptomatique, d’origine bactérienne.

La sinusite maxillaire unilatérale ou bilatérale

En fonction de la localisation, nous pouvons distinguer la sinusite maxillaire unilatérale (d’un seul côté, à gauche ou à droite) de la sinusite maxillaire bilatérale (affectant les deux sinus maxillaires, à gauche et à droite).

La sinusite maxillaire odontogène, rhinogène, allergique, traumatique

Plusieurs formes de sinusite maxillaire peuvent être spécifiées en fonction de l’origine. Nous pouvons ainsi distinguer :

  • la sinusite maxillaire odontogène ;
  • la sinusite maxillaire rhinogène ;
  • la sinusite maxillaire allergique ;
  • la sinusite maxillaire traumatique.

La sinusite maxillaire purulente ou séreuse

En fonction de la nature du processus inflammatoire, la sinusite maxillaire purulente est à différencier de la sinusite maxillaire séreuse.

Implant dentaire
La pose d’un implant dentaire inapproprié peut entraîner une sinusite maxillaire.

Quelles sont les causes de la sinusite maxillaire ?

Causes rhinogènes

La sinusite maxillaire est dite rhinogène lorsqu’est est consécutive à une réduction ou à un blocage du passage de l’air par l’ostium maxillaire. Ainsi, l’entrée d’air dans la cavité nasale est absente ou réduite pendant la respiration, entraînant une stagnation du mucus, l’arrêt du drainage des sécrétions, une modification physiologique de la muqueuse des sinus. Du coup, la réduction ou le blocage de la ventilation provoque un milieu propice à la prolifération de bactéries ou une surinfection microbienne. Cet environnement idéal pour la croissance des micro-organismes va ainsi provoquer des infections plus ou moins importantes au niveau du sinus maxillaire.

L’ostium du sinus maxillaire jouant un rôle important dans le drainage des sécrétions et la ventilation, toute obstruction ostéale peut donc provoquer l’inflammation du sinus maxillaire. En effet, cette obstruction va induire une stagnation du mucus, une réduction de l’activité ciliaire qui favorise un drainage continue et la protection du sinus contre les bactéries et les virus.   

Causes odontogène

La sinusite maxillaire odontogène est la conséquence d’une pathologie dentaire ou d’un foyer infectieux dentaire. Aussi, des soins dentaires mal exécutés, un abcès dentaire mal contrôlé ou la mise en place d’implants dentaires incongrus sont susceptible de provoquer une sinusite maxillaire. Une parodontite peut également favoriser le développement d’une sinusite maxillaire. L’implication des infections dentaires dans l’apparition de la sinusite maxillaire résulte du rapport étroit entre les dents et le sinus maxillaire ou étant donné la proximité du sinus maxillaire avec les racines des dents. Généralement, la sinusite maxillaire odontogène est unilatérale.

Causes infectieuses

La sinusite maxillaire peut avoir pour agent causal, les virus, les bactéries ou les champignons. Lorsqu’elle est infectée, la muqueuse augmente au niveau de son volume, entrainant une obstruction de l’orifice d’aération. Avec cette obstruction, le drainage ne s’effectue plus correctement. 

Le virus,couramment impliqué est lié à la rhinite aigüe ou à la rhinite chronique. Ainsi, une infection virale ou bactérienne peut être à l’origine d’une sinusite maxillaire. Cette maladie peut survenir à la suite d’une grippe ou d’un rhume. Aussi, les infections des voies respiratoires supérieures d’origine virale ou bactérienne sont parfois en cause, car elles favorisent la propagation de l’infection à partir de la cavité nasale.   

Parfois, une pathologie mycosique provoquée par un champignon est susceptible de favoriser l’apparition d’une sinusite maxillaire.

Causes non infectieuses

Les causes non infectieuses de la sinusite maxillaire sont essentiellement liées à des allergies. Ainsi, une inflammation non infectieuse du sinus maxillaire peut provenir d’une allergie ou d’une hypersensibilité aux allergènes. 

Causes traumatiques

La sinusite maxillaire peut être d’origine traumatique. Dans ce cas, elle peut être consécutive à une plaie ouverte au niveau du sinus maxillaire, à un traumatisme au niveau des os du crâne facial, à la pénétration de corps étrangers dans le sinus maxillaire à la suite d’une blessure par balle.

Souffrance
Les douleurs qui se déclarent au niveau du sinus maxillaire vont s’étendre à d’autres parties comme la tempe, le front et les yeux. Le malade peut même se plaindre de maux de dents.

Quelles sont les symptômes de la sinusite maxillaire ?

En générale, les manifestations cliniques de la sinusite maxillaire (aigüe ou chronique) sont caractérisées par la douleur. Mais, ces sensations douloureuses sont moins intenses lorsqu’il s’agit de la forme chronique. Aussi, des maux de dents peuvent prévaloir compte tenu de la proximité du sinus maxillaire avec les dents. Bien d’autres symptômes sont liés à la sinusite maxillaire, avec parfois des spécificités lorsqu’il s’agit de la forme aigüe ou chronique.    

La sinusite maxillaire aigüe

Les douleurs, initialement localisées au niveau du sinus maxillaire, vont se propager dans la région maxillaire, puis vers les régions temporale, occipitale, frontale ainsi qu’au niveau des dents de la mâchoire supérieure.

Lorsque nous sommes confrontés à la sinusite maxillaire, nous pouvons alors ressentir des douleurs au niveau du visage, autour de l’orbite de l’œil, près des joues, du front, à la racine du nez ou dans les dents. Cette pathologie peut être ainsi une source de maux de dents et de tête, de nature diffuse. Cette douleur affecte également un côté ou les deux côtés de la mâchoire supérieure. Elle est accentuée lorsque nous nous inclinons vers l’avant.

Les manifestations cliniques sont également caractérisées par un écoulement nasal marqué par la présence de mucus nasal transparent qui devient purulent. Ces écoulements peuvent être nauséabonds. Le sujet peut être affecté par :

  • des symptômes cliniques généraux (une fièvre pouvant atteindre 40°C, des frissons, un malaise, une faiblesse, une perte d’appétit…)
  • un trouble de l’odorat, avec notamment, une réduction de l’odorat ;
  • une obstruction nasale ;
  • une mauvaise haleine ;
  • une pesanteur faciale unilatérale.

La sinusite maxillaire chronique

Elle est caractérisée par des symptômes de moindre intensité qui s’inscrivent dans le temps et sont ressentis de manière intermittente. La douleur peut être absente, lorsqu’elle présente, elle est mineure, avec une sensation de lourdeur au niveau d’un côté du visage, notamment dans la région occipitale de la tête. Nous pouvons alors ressentir une sensation de pression ou d’inconfort. L’écoulement nasal peut être purulent, odorant. L’odorat est également limité.

Comment s’effectue le diagnostic de la sinusite maxillaire ? 

Le diagnostic de la sinusite maxillaire peut être établi à partir des signes cliniques en présence d’un état fiévreux, d’une congestion nasale, d’une rhinorrhée purulente et de la douleur. Il peut être basé sur les plaintes et l’anamnèse du patient. Dans le cadre de cette procédure diagnostique, le médecin peut alors procéder à un entretien et à un examen clinique. Ainsi, le tableau clinique peut permettre au médecin de diagnostiquer une sinusite maxillaire. Mais, la confirmation de ce diagnostic peut nécessiter des examens complémentaires, entre autres :

Endoscopie

L’examen endoscopique du sinus maxillaire permet de clarifier le diagnostic, car il permet d’examiner ou d’effectuer une exploration physique des sinus maxillaires, de révéler les signes d’une inflammation. Il permet de détecter la présence et les caractéristiques des sécrétions ainsi qu’une obstruction des voies nasales. 

Rhinoscopie

Cet examen est effectué par un oto-rhino-laryngologiste. Il permet d’analyser l’aspect des sécrétions, l’état de la muqueuse et des sécrétions et la présence d’exsudat purulent dans les voies nasales. Il est également utilisé pour examiner les structures profondes de la cavité nasale.

Radiographie

La radiographie est un examen d’imagerie. Il est utile pour visualiser les sinus maxillaires, les dents de la mâchoire supérieure ou de révéler la présence de liquide ou de corps étrangers dans les sinus maxillaires.

Tomodensitométrie

La tomodensitométrie permet de mettre en évidence l’étendue de l’infection au niveau du sinus maxillaire.  

Radiographie dentaire
Pour confirmer le diagnostic d’une sinusite maxillaire, l’imagerie médicale est souvent nécessaire.

Le traitement

Le traitement de la sinusite maxillaire requiert une identification des causes et des symptômes de la maladie. Ainsi, un traitement antibiotique ou antihistaminique peut être envisagé en fonction de l’origine de la sinusite maxillaire. Aussi, la prescription d’antalgique est bien indiquée en fonction des symptômes. Dans tous les cas, une prise en charge efficace doit être adaptée à l’état de santé du malade, avec des objectifs bien spécifiques.

Le traitement vise alors à éviter l’apparition des éventuelles récidives ou complications, à réduire les manifestations cliniques, notamment la douleur, à éliminer les germes en cause, à éliminer la cause du processus inflammatoire et à rétablir le drainage des sinus. Il peut nécessiter la consultation des spécialistes appropriés dans le domaine médical, entre autres, un oto-rhino laryngologiste, un dentiste, un allergologue, un ophtalmologue, etc.

Le traitement de la sinusite maxillaire requiert une identification des causes et des symptômes de la maladie. Ainsi, un traitement antibiotique ou antihistaminique peut être envisagé en fonction de l’origine de la sinusite maxillaire. Aussi, la prescription d’antalgique est bien indiquée en fonction des symptômes. Dans tous les cas, une prise en charge efficace doit être adaptée à l’état de santé du malade, avec des objectifs bien spécifiques.

Le traitement vise, alors à éviter l’apparition des éventuelles récidives ou complications, à réduire les manifestations cliniques, notamment la douleur, à éliminer les germes en cause, à éliminer la cause du processus inflammatoire et à rétablir le drainage des sinus. Il peut nécessiter la consultation des spécialistes appropriés dans le domaine médical, entre autres, un oto-rhino laryngologiste, un dentiste, un allergologue, un ophtalmologue, etc.

Le traitement médical

Des médicaments bien spécifiques, peuvent être prescrits dans le cadre du traitement de la sinusite maxillaire

Les vasoconstricteurs

Le médecin peut nous prescrire des vasoconstricteurs dans le but de favoriser l’élimination du gonflement de la muqueuse et de réduire l’obstruction nasale. Ces médicaments favorisent la sortie des sécrétions, tout en assurant le confort du patient.

Les antalgiques

Les antalgiques sont utilisés dans le cadre du traitement symptomatique en vue de soulager les symptômes ou d’atténuer la douleur.

Les antibiotiques

Les antibiotiques sont indiqués en présence de la sinusite maxillaire d’origine bactérienne. Le médecin peut prescrire ces médicaments en cas d’échec du traitement symptomatique ou lorsqu’il s’agit de traiter des sinusites maxillaires chroniques odontogènes.

Les antihistaminiques

Les antihistaminiques peuvent être prescrits lorsque les allergies sont mises en cause dans la manifestation des symptômes de la sinusite maxillaire.

La ponction du sinus maxillaire

Après échec du traitement médical, une ponction peut être envisagée. Dans le cadre du traitement médical, la ponction thérapeutique vise à aspirer les sécrétions purulentes et à rétablir le milieu normal dans le sinus maxillaire.

L’extraction dentaire

Une extraction dentaire peut être envisagée lorsqu’un foyer inflammatoire au niveau de la racine d’une dent, est à l’origine de la sinusite maxillaire. Elle vise à retirer la dent en cause et à éliminer le foyer d’infection qui est à l’origine de l’inflammation du sinus maxillaire.

Soins dentaires
Lorsque la sinusite maxillaire résulte de l’inflammation d’une racine dentaire, le médecin peut procéder à une extraction de dent.

Le traitement chirurgical

Le but de l’intervention chirurgicale est l’élimination des tissus pathologiques, de favoriser le drainage des sécrétions accumulées dans la cavité pathologique, mais également l’ouverture de l’ostium ou l’orifice du sinus maxillaire qui est bouché par l’inflammation et l’infection.

Le traitement chirurgical est envisagé lorsque le traitement médical ou l’extraction dentaire n’a pas été suffisant pour guérir l’infection du sinus maxillaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.