La rééducation du périnée

La rééducation périnéale est l’un des nombreuses disciplines pratiques de la kinésithérapie. Préconisée pour le traitement du dysfonctionnement du système uro-génital, elle vise notamment à améliorer la force du plancher pelvien, le contrôle de la vessie ainsi que soulager les douleurs chroniques. Il faut savoir que les muscles du plancher pelvien assurent diverses fonctions, comme le soutien des organes abdominaux, le contrôle des sphincters urinaire et anal et la stimulation du désir sexuel.

Notons que la majorité de ces muscles sont squelettiques : nous pouvons donc les contrôler par la volonté, à l’instar des muscles des bras et des jambes. Il est également possible de reprendre le contrôle de votre vessie en modifiant certaines habitudes et en commençant un programme d’exercices spécifiques. Malheureusement, encore beaucoup de mamans (90% des mamans, selon France5) négligent l’importance de la rééducation périnéale après un accouchement.

Qu’est-ce que la rééducation périnéale ?

L’un des grands principes des soins obstétricaux français est la rééducation post-partum spécialisée, une prestation remboursée à 100% par la Sécurité sociale. Il s’agit alors d’effectuer dix visites chez un kinésithérapeute ou une sage-femme pour rééduquer le périnée et l’abdomen (rééducation périnéale et abdominale). Selon la rumeur, cette tradition aurait été créée après la première guerre mondiale pour aider les femmes françaises à repeupler rapidement le pays !

Le périnée est un groupe de muscles situés à l’intérieur du pelvis qui entoure les canaux urogénitaux des hommes et des femmes. En clair, il s’agit d’un faisceau de muscles qui constitue un soutien essentiel des organes génitaux internes. S’étendant du pubis au coccyx, le périnée a pour fonction de soutenir tous les organes du petit bassin (le rectum, le vagin, l’utérus et la vessie). Ainsi, plus ce faisceau de muscles est solide, plus les organes du petit bassin sont correctement soutenus. Cependant, il se trouve que pendant la grossesse, le poids de bébé exerce trop de pression sur le périnée, tout comme le poids du placenta et du liquide amniotique.

Rééduquer le périnée après l'accouchement
Rééduquer le périnée après l’accouchement est souvent négligé

Après l’accouchement, les muscles sont souvent relâchés, ce qui rend nécessaire une rééducation vous permettant de récupérer le tonus du périnée et de vous éviter les fuites urinaires. En outre, la rééducation périnéale a aussi un impact positif sur la vie de couple. En effet, le périnée peut stimuler l’excitation sexuelle grâce à la contraction et à la décontraction spontanées de ses muscles. La rééducation périnéale constitue donc un élément à part entière de la kinésithérapie. Généralement au nombre de 10, les séances peuvent ainsi continuer jusqu’à ce que le périnée soit à nouveau capable de soutenir les organes de la région pelvienne.

Dans quels cas recourir à la rééducation périnéale ?

Toute intervention de rééducation nécessite avant tout un bilan périnéal qui permet de diagnostiquer l’état musculaire du périnée. Réalisé par votre kinésithérapeute ou votre sage-femme, cet examen clinique, accompagné d’une série de questions, déterminera à l’issue si vous avez vraiment besoin d’une rééducation du périnée. Ainsi, une rééducation est généralement préconisée en cas de fuites urinaires, en cas de douleurs pendant les rapports sexuels, ou encore lorsque la musculature est insuffisamment efficace pour soutenir les organes du petit bassin. Il faut noter qu’une naissance par voie basse ou par césarienne peut toujours nécessiter une intervention de rééducation. En effet, le périnée a porté tout le poids de bébé pendant toute la durée de la grossesse, ce qui suffit à entraîner le relâchement des muscles après la naissance.

Femme quelques semaines après l'accouchement
Femme quelques semaines après l’accouchement

Quand commencer la rééducation ? Il est recommandé de commencer les séances 6 à 8 semaines après l’accouchement. En effet, c’est au cours d’une visite post-natale que le gynécologue ou la sage-femme prescrit la rééducation périnéale. Une fois celle-ci terminée, il est également possible de réaliser la rééducation abdominale.

En somme, la rééducation périnéale peut être nécessaire dans de nombreuses circonstances. S’adressant aux hommes et femmes voulant se muscler le périnée, elle est également préconisée :

  • en cas de fuites urinaires ou de perte de matières fécales interférant avec les activités quotidiennes et les relations sociales ;
  • en cas de douleur chronique dans la région pelvienne ;
  • avant ou après une intervention chirurgicale réalisée dans la région pelvienne (comme la prostatectomie) ;
  • après l’accouchement (chez 7% des femmes françaises) ;
  • toilettes fréquentes qui nuisent à la qualité de vie.

Il faut noter que la rééducation du périnée est une intervention en kinésithérapie : les coûts sont donc remboursés par la Sécurité sociale. En outre, de nombreux patients effectuent les séances de rééducation pour traiter différents troubles et maladies :

  • dysfonctionnement du système urogénital,
  • incontinence,
  • fuites urinaires,
  • douleur chronique au périnée,
  • chirurgie au périnée,
  • dysfonctionnement urinaire,
  • dysfonctionnement anorectal,
  • trouble sexuel,
  • prolapsus.

Le bilan périnéal et l’intervention thérapeutique ont lieu dans une salle privée entièrement équipée. Les rendez-vous durent généralement une heure mais peuvent durer plus ou moins longtemps en fonction du type d’intervention :

  • Éducation du patient et visionnage d’une vidéo,
  • Exercices physiques,
  • Travail de la vessie,
  • Électrothérapie (notamment par biofeedback ou par électrostimulation.),
  • Thérapie manuelle.

Il faut savoir que la rééducation manuelle est une intervention physique qui consiste en une contraction volontaire et répétée des muscles releveurs de l’anus. Pour provoquer une contraction passive, l’électrostimulation consiste, quant à elle, à la stimulation électrique des muscles du périnée, notamment à l’aide d’une sonde vaginale. Enfin, le biofeedback est une opération utilise une sonde vaginale et un signal sonore ou visuel qui évaluent le niveau de contraction et de relâchement des muscles. Il a pour but d’améliorer le contrôle du fonctionnement périnéal.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.