Ostéophytose

Une ostéophytose est une pathologie au cours de laquelle des projections osseuses se développent le long des extrémités des os. Les épines osseuses (ostéophytes ou becs de perroquet) se forment souvent à l’endroit où les os se rencontrent, notamment au niveau des articulations. Ils peuvent également se former sur les os de votre colonne vertébrale. Les lésions articulaires liées à l’arthrose sont la principale cause de l’ostéophytose. Généralement, la maladie ne provoque aucun symptôme et elle peut rester indétectable pendant des années. La maladie pourrait ne pas nécessiter de traitement. Si un traitement est nécessaire, cela dépendra de l’emplacement des ostéophytes et de leur incidence sur votre santé.

Qu’est-ce que une ostéophytose ?

Les ostéophytes sont des excroissances de tissu osseux qui se forment autour des articulations endommagées. Ce type de croissance osseuse est considéré comme une réponse compensatoire aux dommages subis par les os et les ligaments. Il vise à limiter les mouvements de l’articulation afin de la protéger d’autres dommages.

Radiographie de la main
Les ostéophytes, communément appelés becs de perroquet, peuvent se développer sur tout os. Ces excroissanvces osseuses se forment fréquemment sur les zones les plus sollicitées comme les mains, la colonne vertébrale et le genou.

Les articulations les plus sollicitées comme celles de la colonne vertébrale et des mains sont plus susceptibles de développer des ostéophytes, bien que la maladie puisse affecter n’importe quel os. Ils peuvent également se former à la suite d’une ostéomyélite (infection des os).

Les ostéophytes de l’articulation interphalangienne distale (DIP) sont appelés nœuds de Heberden et ceux de l’articulation interphalangienne proximale (PIP) sont appelés nœuds de Bouchard. La présence ou l’absence d’ostéophytes sur ces deux articulations et sur l’articulation métacarpophalangienne (MCP) constitue un bon moyen clinique de différencier l’arthrite rhumatoïde de l’arthrose.

Dans l’arthrose, les ostéophytes sont couramment observés dans le DIP et le PIP et rarement dans le MCP. En revanche, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde présentent souvent une croissance ostéophytique dans le PIP et le MCP, mais rarement dans le DIP.

L’ostéophytose est le plus souvent observée dans la colonne vertébrale. Elle constitue d’ailleurs un signe de dégénérescence de la colonne vertébrale. Dans la plupart des cas, l’ostéophyte lui-même n’est pas une source de douleur. Toutefois, s’il commence à toucher le nerf spinal, cela peut entraîner des symptômes de neuropathie le long du dermatome affecté.

Pourquoi le corps produit-il des ostéophytes ?

Des éperons osseux peuvent se former lorsque le corps réagit à une anomalie autour d’une articulation. La cause la plus fréquente est l’arthrose, une maladie dégénérative dans laquelle le cartilage normal entourant une articulation s’use progressivement.

Lorsque le cartilage protecteur est épuisé et que les os deviennent de plus en plus exposés, le corps réagira par une inflammation et des modifications des structures autour des articulations. Les ligaments vont s’épaissir et les dépôts de calcium se formeront progressivement. Cette nouvelle croissance osseuse est ce que nous appelons un ostéophyte.

La formation d’ostéophytes peut être considérée comme un effort du corps pour augmenter la surface d’une articulation endommagée. Il s’agit d’une mesure de protection pour mieux répartir tout impact ou toute force susceptible d’être appliquée sur cette articulation. Malheureusement, cela a tendance à produire l’effet inverse, limitant la mobilité des articulations tout en comprimant les nerfs et les autres tissus desservant cette articulation.

Les éperons osseux sont également fréquents dans une maladie non inflammatoire appelée hyperostose squelettique idiopathie diffuse (DISH). Bien que la cause de DISH soit peu répandue, 80% des personnes diagnostiquées de cette maladie ressentiront une douleur et une raideur résultant de la formation d’éperons le long de la colonne vertébrale.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

La plupart du temps, les ostéophytes sont petits et ne provoquent aucun symptôme douloureux. Vous ne réaliserez pas que vous avez des ostéophytes avant qu’une radiographie destinée au diagnostic d’une autre affection révèle leur présence.

Les symptômes dépendent de l’endroit où se trouvent les ostéophytes. Vous les remarquerez peut-être s’ils se forment autour des articulations de vos doigts, car ils peuvent donner l’impression que vos doigts sont un peu noués. Environ 40% des personnes de 60 ans et plus présenteront des symptômes suffisamment douloureux pour nécessiter des soins médicaux.

Au niveau du genou, de l’épaule et de la hanche

Lorsque des ostéophytes se forment au niveau du genou, il peut être douloureux de redresser votre jambe. Des éperons osseux peuvent également se former dans l’épaule. Cette situation peut irriter la coiffe des rotateurs et provoquer une douleur et un gonflement. Dans la hanche, ils peuvent également être douloureux et limiter les mouvements.

Impact sur la colonne vertébrale

La colonne vertébrale est l’un des sites les plus communément affectés. Si des excroissances osseuses se forment à l’intérieur d’une vertèbre, ils peuvent comprimer la moelle épinière ou ses racines nerveuses. Cela peut causer non seulement des douleurs, mais aussi des engourdissements au dos, aux bras et aux jambes.

Si vous ressentez une douleur ou une raideur dans une articulation qui ne s’améliore pas en un jour ou deux, consultez votre médecin. Il pourrait s’agir d’ostéophytes ou d’un certain nombre de conditions. Un diagnostic et un traitement précoces peuvent limiter les dommages qu’ils provoquent. Si vous remarquez une douleur et un gonflement dans une articulation qui ne se calme pas avec la glace et le repos, parlez à votre médecin de la possibilité d’une ostéophytose.

Sur les doigts

La formation d’ostéophytes sur les articulations des doigts (appelés nœuds de Heberden et nœuds de Bouchard) provoque non seulement le gonflement typique associé à l’arthrite, mais limite sérieusement la dextérité des mains et des doigts. La douleur survient le plus souvent pendant les premiers stades de l’arthrite (généralement vers l’âge moyen) et a tendance à s’atténuer à un âge plus avancé.

Genou
Il est difficile de redresser la jambe lorsqu’un ostéophyte se forme sur le genou.

Quelles sont les causes de la maladie ?

L’arthrose est de loin la cause la plus courante d’ostéophytose. Elle est causée par l’usure à long terme de vos articulations. L’arthrose a tendance à se développer chez les personnes âgées, mais elle peut commencer plus tôt si une articulation a été endommagée par une blessure sportive, un accident ou une autre cause.

Dans une articulation souffrant d’arthrite, le cartilage s’use. Le cartilage est le tissu souple qui relie les os et amortit les chocs dans une articulation. Dans le cadre des efforts du corps pour réparer le cartilage endommagé, un nouveau matériau osseux émerge sous la forme d’ostéophytes.

Dans la colonne vertébrale, un disque souple et élastique protège chaque vertèbre. À mesure que les disques s’usent et s’amincissent avec le temps, la colonne vertébrale devient plus susceptible à la formation d’éperons osseux.

Les autres causes comprennent :

  • les blessures
  • la surutilisation : par exemple, si vous courez ou dansez beaucoup sur une longue période
  • les gènes
  • l’obésité
  • les problèmes osseux avec lesquels vous êtes né
  • le rétrécissement de la colonne vertébrale (sténose spinale)

Quels sont les facteurs de risque ?

Vieillesse

Le vieillissement est le principal facteur de risque. Au fil du temps, toutes vos articulations souffrent au moins un peu d’usure. Cela est vrai même si vous n’avez aucune blessure évidente. Votre risque est également plus élevé si vous êtes né avec des problèmes structurels, tels qu’une scoliose (une colonne vertébrale incurvée). Une mauvaise posture peut également vous exposer à un risque accru d’ostéophytose.

Autres facteurs de risque courants

Outre l’âge avancé, les facteurs de risque les plus courants de l’ostéophytose comprennent :

La génétique

Certaines personnes ont une prédisposition génétique au développement d’épines osseuses, en particulier lorsque l’on tient compte d’autres affections telles que l’arthrose. La génétique peut également jouer un rôle dans la capacité du corps à absorber le calcium, qui peut augmenter le risque.

Les blessures

Une blessure à un os et/ou à une articulation peut inciter le corps à créer des ostéophytes dans le cadre du processus de guérison. Cela vaut pour les blessures ponctuelles aiguës comme un os cassé, ainsi que pour les tensions permanentes, comme le port de chaussures sans talon. Des chaussures inappropriées peuvent avoir un impact accru sur les pieds, les genoux et les hanches à chaque pas.

Le mode de vie

Le travail, les sports et même les transports favorisent la formation d’ostéophytes. En outre, les choix de vie tels que le tabagisme peuvent avoir une incidence sur votre probabilité de développer cette pathologie.

Certaines pathologies

Certaines affections médicales telles que l’ostéoporose, l’arthrose et la sténose de la colonne vertébrale ont toutes une influence sur la formation potentielle d’épines osseuses.

Le régime alimentaire

La nutrition a un impact puissant sur la santé en général, y compris sur le squelette. Un apport insuffisant en calcium et en autres minéraux de renforcement des os soumet vos os à un risque d’ostéoporose, de fractures et d’ostéophytose. Les régimes riches en sel, en phosphore ou autres minéraux concurrents, bien que pauvres en calcium, peuvent avoir le même effet.

La posture

Une mauvaise posture peut exercer une pression excessive sur les articulations. Ces articulations fatiguées peuvent alors développer des éperons en compensation de la pression inégale qui leur est appliquée.

Le poids

L’excès de poids met les os et les articulations à rude épreuve. Cela augmente considérablement l’impact subi par les articulations pendant le mouvement.

Radiographie
Les médecins ont souvent recours à l’imagerie médicale pour déceler les ostéophytes.

Comment se fait le diagnostic de l’ostéophytose ?

Si vous avez des douleurs articulaires causées par des ostéophytes, vous pourrez peut-être voir ou sentir une boule sous la peau. Dans de nombreux cas, cependant, vous ne pourrez pas identifier la source de votre douleur.

Votre médecin utilisera probablement des rayons X pour rechercher des modifications de la structure osseuse. D’autres tests d’imagerie peuvent également être utilisés. Ceux-ci comprennent les tests IRM, qui fournissent des vues détaillées des tissus mous, tels que les ligaments et le cartilage. On a également les tomodensitogrammes, qui peuvent fournir des images plus détaillées des os et d’autres tissus que les rayons X.

Votre médecin évaluera également vos antécédents médicaux, écoutera une description de vos symptômes et effectuera un examen médical. Si par exemple l’éperon osseux présumé se trouve dans votre genou, votre médecin vous demandera de bouger votre genou afin de déceler d’éventuelles anomalies.

Comment traite-on cette maladie ?

Recours à un anti-inflammatoire

Bien que les ostéophytes eux-mêmes ne posent pas de problème, ils indiquent un problème sous-jacent pouvant nécessiter un traitement. Les modifications de la croissance osseuse sont souvent documentées pour aider à surveiller et à gérer la gravité de maladies dégénératives telles que l’arthrite. En cas de douleur, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) tel que l’ibuprofène peut être prescrit.

Retrait d’épine osseuse

Il existe de rares circonstances dans lesquelles une épine osseuse peut être retirée, principalement si elle affecte sérieusement la capacité de la personne à se mouvoir. Cependant, la majorité de ces éperons reviendront à moins que le problème sous-jacent ne soit en quelque sorte résolu. En cas d’arthrose, cela peut ne pas être possible.

Parfois, les éperons osseux autour des doigts ou des orteils, comme c’est le cas de l’hallux rigidus du gros orteil, peuvent être retirés pour améliorer le mouvement et réduire la douleur. En outre, la chirurgie arthroscopique de la hanche visant à retirer les épines osseuses autour de l’articulation de la hanche, a suscité récemment un certain intérêt.

Chez certaines personnes, le retrait de ces épines peut aider à soulager les mouvements douloureux de l’articulation de la hanche. Parfois, lorsque les patients subissent une chirurgie arthroscopique à l’épaule, par exemple avec une réparation de la coiffe des rotateurs, un éperon osseux est enlevé autour de la coiffe des rotateurs, procédure qui consiste en une décompression sous-acromiale.

Les éperons peuvent être un signe de dommage ou de changement dégénératif au sein de l’articulation. Les éperons pourraient également être une source de douleur et de déformation autour de l’articulation. Cela dit, la gestion d’un éperon osseux nécessite la gestion de la maladie sous-jacente.

Le simple fait de retirer une épine osseuse est très souvent une solution à court terme, car la maladie est susceptible de se reproduire dans le temps.

Marche, natation et étirement pour réduire la pression sur les os

La perte de poids est une question récurrente dans la discussion sur l’ostéophytose, car l’excès de poids exerce une pression accrue sur les articulations et les os. Lorsqu’il s’agit de perdre du poids, pour une raison quelconque, trouvez un équilibre entre une alimentation saine et l’exercice. Gardez vos exercices variés, car cela réduit également le risque de blessures. La course à pied n’est pas recommandée comme activité de perte de poids pour les personnes souffrant de cette pathologie. Il faudra privilégier des activités comme les étirements, la natation, le yoga et la marche.

Nageurs
Tout comme la marche, les étirements et le yoga, la natation aide à amoindrir la pression de la masse corporelle sur les os.

Comment se traite l’ostéophytose de la colonne vertébrale ?

Les traitements conservateurs comprennent le blocage des racines nerveuses et des injections de stéroïdes. Celles-ci sont conçues pour apporter un soulagement temporaire (jusqu’à un an) et vous pouvez choisir d’effectuer la procédure plusieurs fois. D’autres stratégies conservatrices peuvent inclure le placement d’un stimulateur de la moelle épinière (STIM). Il s’agit d’un implant qui est conçu non pour corriger la dégénérescence sous-jacente, mais pour atténuer la douleur causée par la maladie.

La décompression mini-invasive vise à soulager la pression exercée sur les nerfs de la colonne vertébrale. Cette pression est très souvent causée par une sténose, des disques bombés ou herniés, et plus encore. Il est possible de soulager cette pression en réduisant les tissus mous ou les os pour décompresser le nerf touché. Lorsque la compression est provoquée par un matériau de tissu mou, un laser chirurgical peut être utilisé pour rétrécir le matériau incident.

Les chirurgies de fusion ont un objectif similaire : enlever le tissu discal endommagé et fusionner les os. Cependant, leur approche est différente, notamment l’utilisation de matériel spécialisé pour renforcer la stabilité et l’emplacement utilisé pour accéder à la colonne vertébrale. Une procédure associée est un remplacement de disque artificiel, dans lequel un disque cervical endommagé est remplacé par un disque synthétique et les vertèbres ne sont pas fusionnées.

Est-il possible de prévenir la maladie ?

Peut-être pas, si elle résulte de l’usure naturelle et de l’arthrite. Mais vous pouvez prendre les mesures suivantes pour éviter les ostéophytes causés par d’autres facteurs.

Portez des chaussures avec assez d’espace pour les orteils, un bon soutien de la voûte plantaire et suffisamment de coussin pour protéger chaque pas. Faites inspecter vos chaussures par un professionnel afin qu’elles ne frottent pas contre vos pieds lorsque vous marchez. Portez des chaussettes épaisses pour éviter que vos chaussures ne meurtrissent vos pieds.

Adoptez un régime alimentaire équilibré, riche en calcium et en vitamine D pour protéger vos os. Faites des exercices réguliers, comme la marche ou la montée d’escaliers, pour renforcer vos os. Essayez de vous défaire des kilos superflus.

Consultez votre médecin si vous présentez des signes de troubles articulaires tels qu’une douleur, un gonflement ou une raideur. Si vous découvrez et traitez l’arthrite à un stade précoce, vous pourrez peut-être prévenir les dommages qui entraînent des ostéophytes.

Chaussures
Pour prévenir l’apparition d’ostéophytose sur les pieds, il faut entre autres porter des chaussures pas serrées qui protègent la voûte plantaire.

Existe-il des traitements naturels contre une ostéophytose ?

Une alimentation riche en magnésium (essentiel à la formation des os et à l’absorption du calcium) et des aliments alcalins pour équilibrer les niveaux de PH dans le corps peuvent contribuer à une récupération rapide. Voici des remèdes maison faciles qui peuvent fournir un bon degré de soulagement de la douleur.

Les bains de sel d’Epsom

Le sel d’Epsom n’est rien d’autre que du sulfate de magnésium. Fait intéressant, la plupart du magnésium dans notre corps est stocké dans les os. Saupoudrez du sel d’Epsom dans de l’eau et trempez-y vos pieds. Vous pouvez également masser doucement vos talons avec elle.

Le massage aux huiles essentielles

Les huiles essentielles pures telles que le romarin ou la lavande et même les huiles ordinaires telles que l’huile de coco et l’huile d’olive peuvent aider à réduire la douleur grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires. L’huile de coco agit également comme un hydratant naturel qui adoucit vos talons. Réchauffez légèrement l’huile et frottez-la doucement mais profondément sur la zone affectée par une ostéophytose.

Les applications de vinaigre de cidre de pomme

Le vinaigre de cidre est le nouveau super aliment. Il peut soigner divers maux, des problèmes de peau et d’estomac à la douleur. Le vinaigre de cidre est connu pour extraire l’excès de calcium et apporter un soulagement. Vous pouvez soit tremper vos pieds dans une cuvette d’eau tiède additionnées de quelques gouttes de vinaigre de cidre, soit envelopper une serviette humide trempée autour de la zone douloureuse pendant quelques minutes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.