Quelle est l’espérance de vie en France et dans les principales régions du monde ?

Le terme « espérance de vie » désigne l’estimation statistique du temps moyen durant lequel un individu vit dans un lieu donné. Ce lieu peut être sa ville, son pays, sa région ou son continent. Donnée cruciale pour les économistes et les professionnels de la santé, l’espérance de vie est parfois un indicateur de poids du bien-être des populations. Mais à combien évalue-t-on l’espérance de vie en France et dans les principales régions du monde ? Dans les lignes qui suivent, nous allons en savoir plus sur cet indicateur clé.

Comment se définit l’espérance de vie ?

Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), l’espérance de vie à la naissance reflète le niveau de mortalité global d’une population. Il résume le schéma de mortalité qui prévaut dans tous les groupes d’âge d’une période donnée (généralement l’année).

De façon synthétique, nous pouvons retenir que l’espérance de vie est une mesure statistique du temps moyen durant lequel un être humain est capable de vivre, en fonction de son année de naissance, de son âge actuel et d’autres facteurs démographiques, notamment le sexe.

Quelle est l’espérance de vie en France ?

Selon les dernières données de l’OMS, l’espérance de vie en France est de 82,4 ans, avec 79,2 ans pour les hommes et 85,5 ans pour les femmes.  Ce qui fait de la France le dixième pays le mieux classé en matière d’espérance de vie dans le monde.

Toujours selon cette même organisation, les principales causes de décès en France sont :

  • Les maladies coronariennes,
  • La maladie d’Alzheimer,
  • Les cancers du poumon,
  • Les accidents vasculaires cérébraux,
  • Le cancer du sein.

Quelle est la situation dans le monde ?

Selon l’OMS, l’espérance de vie à la naissance en 2016 était de 72,0 ans (74,2 ans pour les femmes et 69,8 ans pour les hommes). Elle était de 61,2 ans dans la Région africaine à 77,5 ans dans la Région européenne de l’OMS, soit un ratio de 1,3 entre les deux régions. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes partout dans le monde. L’écart d’espérance de vie entre les sexes était de 4,3 ans en 2000 et était resté à peu près le même en 2016 (4,4).

L’espérance de vie moyenne mondiale a augmenté de 5,5 ans entre 2000 et 2016, ce qui représente l’augmentation la plus rapide depuis les années 1960. Ces gains ont inversé leur déclin au cours des années 90, lorsque l’espérance de vie avait diminué en Afrique en raison de l’épidémie de sida et en Europe de l’Est suite à l’effondrement de l’URSS.

L’augmentation entre 2000 et 2016 a été la plus marquée dans la Région africaine de l’OMS, où l’espérance de vie a augmenté de 10,3 ans pour atteindre 61,2 ans, principalement en raison de l’amélioration de la survie des nouveau-nés et de l’élargissement de l’accès aux antirétroviraux pour le traitement du VIH.

Par ailleurs, la pollution de l’air constitue l’une des plus grandes menaces pour la santé humaine,  selon l’OMS. Une étude de l’institut de politique énergétique de l’Université de Chicago montre que la pollution de l’air fait perdre 1,8 an d’espérance de vie dans le monde. Elle en fait perdre dix aux habitants de la capitale indienne New-Dehli. Dans cette ville, la concentration en particules fines était de 113 microgrammes en 2016, soit 11 fois plus que le seuil maximum recommandé (10 microgrammes) par l’OMS. La pollution de l’air se hisse ainsi au premier rang des risques pour la santé de l’Homme.

La pollution réduit l'espérance de vie

Quels sont les pays où l’espérance de vie est la plus élevée ?

La Corée du Sud a déjà l’une des espérances de vie les plus élevées au monde, la moyenne atteignant 82,3 ans selon les statistiques de l’OMS. Les hommes vivent en moyenne 78,8 ans et les femmes 85,5 ans. Le pays est cependant précédé par 10 pays. Le Japon arrive en tête de liste, avec des citoyens vivant jusqu’à 83,7 ans (80,5 hommes et 86,8 ans), suivi de la Suisse, de Singapour, de l’Australie et de l’Espagne.

Le Royaume-Uni est à la 20e place du classement général, avec une espérance de vie moyenne de 81,2 ans (hommes : 79,4 ans et femmes : 83 ans), tandis que les États-Unis se classent 30ème (79,3 ans), derrière le Costa Rica, le Chili et Chypre et une seule place au-dessus de Cuba.

Les 10 pays où on vit le plus longtemps sont :

  1. Japon (83,7 ans)
  2. Suisse (83,4)
  3. Singapour (83,1)
  4. Australie (82,8 ans)
  5. Espagne (82,8 ans)
  6. Islande (82,7 ans)
  7. Italie (82,7 ans)
  8. Israël (82,5 ans)
  9. Suède (82,4 ans)
  10. France (82,4 ans)

Quels sont les pays où on vit le moins longtemps dans le monde ?

L’Afrique est le seul continent qui compte des pays où l’espérance de vie moyenne est inférieure à 60 ans. Ils sont au nombre de 21. L’espérance de vie la plus basse de toutes se situe en Sierra Leone, où elle est 50,1, suivie de l’Angola, de la République centrafricaine, du Tchad, de la Côte d’Ivoire et du Lesotho. Il existe quelques exceptions notables, telles que le Maroc (où l’espérance de vie est de 74,3 ans), l’Egypte (70,9 ans), l’Algérie (75,6 ans), la Libye (72,7 ans) et la Tunisie (75,3 ans).

Le classement des 10 pays où l’espérance de vie est la plus basse est la suivante :

  1. Sierra Leone (50,1 ans)
  2. Angola (52,4 ans)
  3. République centrafricaine (52,5 ans)
  4. Tchad (53,1 ans)
  5. Côte d’Ivoire (53,3 ans)
  6. Lesotho (53,7 ans)
  7. Nigéria (54,5 ans)
  8. Somalie (55 ans)
  9. Cameroun (57,3 ans)
  10. Soudan du Sud (57,3 ans)

Espérance de vie

Pourquoi l’espérance de vie s’est-elle accrue dans le monde ?

Dans l’ensemble, les gens vivent plus longtemps. Un certain nombre de facteurs ont contribué à cette augmentation de notre longévité, notamment la diminution du nombre de décès de nourrissons, une meilleure gestion des maladies infectieuses et un accès plus large à une eau salubre.

Au cours des décennies qui ont précédé le dix-neuvième siècle, l’espérance de vie ne s’est pas améliorée parce que les gens vivaient dans ce que nous considérons maintenant comme un âge avancé, et parce que moins d’enfants mouraient avant l’âge adulte.

Au cours du XIXe et au début du XXe siècle, l’espérance de vie a augmenté, principalement en raison des améliorations apportées à l’assainissement, au logement et à l’éducation. Cela a entraîné une baisse constante de la mortalité en début et en milieu de vie. Cette tendance s’est poursuivie avec la mise au point des vaccins, puis des antibiotiques.

Des découvertes majeures comme la thérapie génique qui permet de traiter des maladies  au niveau génomique, promettent un accroissement de l’espérance de vie dans un futur proche.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.