Coxarthrose

La coxarthrose est une maladie dégénérative du cartilage des articulations de la hanche. La vieillesse, l’obésité, les blessures récurrentes, l’inflammation et la surutilisation des articulations sont parmi les facteurs prédisposant les plus courants de ces changements. Chez les patients qui souffrent de cette maladie, le cartilage est irrégulier et endommagé, et l’articulation est douloureuse. L’articulation est enflée et se présente sous une configuration pathologique. Un traitement chirurgical de l’arthrose de la hanche est souvent nécessaire, y compris une ostéotomie ou un remplacement total de la hanche. Des arthroses de gravité légère peuvent être gérées avec des médicaments et de la réadaptation.

Qu’est-ce que la coxarthrose ?

La coxarthrose est une forme d’ostéoarthrose qui affecte les articulations de la hanche. C’est la maladie articulaire la plus courante. Elle est de nature chronique et d’origine non inflammatoire. Sa cause sous-jacente est une dégénérescence primaire. Cette pathologie affecte les patients en âge de travailler. Elle touche 1% de la population et constitue un problème sérieux pour leur efficacité au travail et leur mode de vie actif. Cette arthrose déformante limite la capacité fonctionnelle des patients atteints, leur qualité de vie et entraîne une incapacité de ceux-ci.

Massage de la hanche
La coxarthrose est une maladie articulaire chronique qui affecte la hanche des personnes en âge de travailler.

Selon le rapport 2017 de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le pourcentage de patients masculins et féminins affectés est approximativement le même, les patients masculins étant légèrement majoritaires à 56%.

L’articulation de la hanche a ses particularités anatomiques et physiologiques qui la rendent susceptible de développer des modifications pathomorphologiques typiques de l’arthrose. L’étiologie de la condition est associée aux processus de vieillissement; aux traumatismes articulaires et au surmenage répétitif.

Les principaux changements dégénératifs affectent le cartilage de l’articulation. Une fibrose capsulaire se développe et des ostéophytes se forment à la périphérie de la surface des articulations. Les modifications dégénératives s’établissent le plus souvent dans les zones les plus sollicitées de la surface articulaire.

La coxarthrose est une maladie qui entraîne la destruction de l’articulation de la hanche. Elle est plus susceptible d’affecter les 40 ans et plus. Dans la plupart des cas, une seule hanche est endommagée, mais elle peut également être diagnostiquée sur les deux hanches.

L’articulation de la hanche est soumise à beaucoup de pression, car elle est utilisée dans une large gamme de mouvements.

Quelles sont les différentes formes de coxarthrose ?

Sur le plan étiologique, on peut distinguer deux formes fondamentales, à savoir la coxarthrose primaire ou idiopathique et la coxarthrose secondaire.

La coxarthrose primaire

La coxarthrose primaire représente environ 48% de tous les cas de cette maladie. Ce groupe comprend les patients chez lesquels, en dépit des antécédents médicaux et des examens cliniques, l’agent responsable de la maladie ne peut pas être identifié.

Les facteurs indirects qui influent sur la formation d’arthrose de la hanche comprennent un mode de vie inapproprié, l’environnement et des prédispositions génétiques. Des études ont montré une corrélation entre l’apparition d’une coxarthrose et le chromosome 16p.

La coxarthrose secondaire

La coxarthrose secondaire, en revanche, représente 52% de tous les cas de maladies dégénératives de l’articulation de la hanche. Elle résulte de défauts congénitaux ou acquis, tels que :

  • la dysplasie congénitale de la hanche;
  • l’hypoplasie du toit du cotyle;
  • l’approfondissement du cotyle;
  • la luxation congénitale ou acquise de la hanche;
  • les dommages articulaires après une inflammation:
  • les processus purulents ou tuberculeux;
  • l’hémophilie.

La coxarthrose secondaire est également liée aux modifications de l’irrigation sanguine de la tête et du cou du fémur, ainsi qu’aux propriétés du sang.

Cellules sanguines
La coxarthrose est parfois liée à une modifications des propriétés du sang. L’incapacité du sang à coaguler (hémophilie) est mise en cause.

Quelle est la cause de la maladie ?

Elle survient généralement après une luxation congénitale de l’articulation, une maladie, une nécrose de la tête du fémur et des fractures post-traumatiques du toit de l’acétabulum. Les causes de l’éraflure de l’articulation de la hanche sont le plus souvent des dysplasies congénitales. Au nombre des causes les plus fréquentes, on compte :

  • les déformations acquises des articulations;
  • la réduction de la densité osseuse;
  • le ralentissement ou la prévention des processus naturels de restauration des tissus;
  • le surpoids et l’obésité;
  • une fatigue physique excessive;
  • les mouvements monotones provoquant des microtraumatismes répétés;
  • une immobilisation qui restreint l’écoulement du liquide synovial.

Cette affection peut être également la conséquences de maladies telles que le diabète, la goutte et les maladies inflammatoires.

Les processus dégénératifs dystrophiques ont lieu dans la tête fémorale. La circulation sanguine devient ensuite difficile, ce qui entraîne éventuellement une coxarthrose. La contrainte exercée sur l’articulation et sa capacité à résister à de telles contraintes influent sur l’apparition de la maladie. Le cartilage est un absorbeur qui facilite la mécanique des mouvements, mais sous l’influence des facteurs susmentionnés, il s’érafle et s’use à des degrés divers.

Les causes de l’arthrose primaire de la hanche restent inconnues, tandis que la coxarthrose secondaire fait suite à d’autres affections telles que les rhumatismes, les blessures, les troubles circulatoires, les malformations congénitales, etc.

Quels sont les facteurs de risque de cette pathologie ?

En plus des perturbations dans la structure et la mécanique de l’articulation, le risque d’apparition des changements dégénératifs dans l’articulation de la hanche est également augmenté par les troubles métaboliques et hormonaux. Le tabagisme, les mauvaises habitudes alimentaires et l’obésité jouent également un rôle dans la prédisposition.

Les troubles endocriniens et métaboliques jouent un rôle important dans la prévalence de l’arthrose de la hanche, en particulier chez les femmes. Ceci est lié à l’influence de certaines hormones, en particulier les œstrogènes, sur le métabolisme du tissu osseux.

La corrélation entre l’obésité et l’apparition de cette maladie dégénérative est également plus fréquemment observée chez les femmes que chez les hommes. L’obésité peut avoir des effets directs et indirects sur les changements dégénératifs dans les articulations de la hanche.

Une charge accrue à laquelle les articulations de la hanche sont exposées peut, à son tour, conduire à des dommages mécaniques. Les effets indirects de l’obésité sur cette maladie dégénérative des articulations de la hanche sont liés aux modifications métaboliques indésirables des structures constituant l’articulation (principalement le cartilage).

En raison de l’hypercholestérolémie qui se produit généralement avec l’obésité, la composition du liquide synovial peut être modifiée et les troubles de nutrition de la couche osseuse sous-chondrale peuvent apparaître. L’obésité et un surpoids important, ainsi que l’apparition de diabète, ont un impact considérable sur le développement plus rapide de la coxarthrose.

Pèse-personne
Le surpoids et l’obésité font partie des causes de l’arthrose de la hanche.

Quelles sont les différentes phases de la maladie ?

La coxarthrose est initialement divisée en trois étapes: Dans un premier temps, les patients atteints de coxarthrose souffrent de douleurs périodiques, principalement concentrées dans les hanches et survenant pendant ou après un effort physique intense. Ces sensations désagréables disparaissent assez rapidement et les patients les ignorent souvent, faute de traitement approprié.

Au cours de la deuxième étape, la douleur s’intensifie et s’étend aux hanches et à l’aine, provoquant une sensation de pression et de brûlure. Les symptômes apparaissent à la fois après un effort physique et dans un état de repos. Avec un effort prolongé, l’amplitude des mouvements est encore plus limitée. Ce symptôme peut aussi être accompagné de boiterie.

Enfin, au cours du troisième stade, les patients souffrent de douleurs prolongées au niveau de la hanche. Le mouvement des articulations touchées est sévèrement limité, de sorte que les patients doivent parfois utiliser des aides à la marche. La douleur associée à la restriction de l’amplitude des mouvements entraîne une atrophie partielle des muscles de la cuisse, des mollets et des fesses, ce qui peut provoquer un raccourcissement du membre du côté affecté.

Quels sont les symptômes de la coxarthrose

Le symptôme le plus souvent signalé par les patients est la douleur, qui est parfois ressentie à tort dans l’articulation du genou. Vous pouvez également ressentir un affaiblissement des membres et une sensation de fatigue. Dans la phase initiale de la maladie, la douleur n’apparaît que lorsque la charge exercée sur le membre se situe dans la région de l’aine.

Cependant, avec le temps, vos symptômes peuvent s’aggraver et la douleur peut commencer à se manifester au repos. Des craquements caractéristiques sont également observés, ainsi que la limitation de la mobilité de l’articulation affectée.

Cela entraîne un raccourcissement fonctionnel des membres, ainsi qu’une difficulté à bouger et à effectuer des activités quotidiennes. Vous aurez du mal à effectuer des tâches telles que mettre des chaussures ou monter dans la baignoire. Le patient tentera d’éviter le mouvement du membre affecté, ce qui entraîne une atrophie des muscles de la cuisse et du fessier.

Douleur

La douleur apparaît lors d’une marche ou d’une contrainte physique importante dans la région des plis de l’aine. Au début, la douleur diminue pendant le repos et la relaxation, mais au fur et à mesure que la maladie progresse, la douleur devient persistante. Toute la partie interne de la cuisse jusqu’au genou peut être douloureuse.

Raccourcissement et affaiblissement musculaires

La fonction de l’articulation est perturbée non seulement par le processus pathologique, mais également par le déséquilibre musculaire. On assiste à un raccourcissement des muscles fléchisseurs et des muscles adducteurs, ainsi qu’à un affaiblissement des muscles abducteurs. Les extenseurs et les rotateurs sont également touchés.

L’équilibre entre les groupes musculaires est perturbé. Cela met en évidence le symptôme de Trendelenburg et de Duchenne et aboutit à la démarche dite du « gluteus medius ». Le test de Patrick est positif. Le déséquilibre peut être établi par une évaluation de la réadaptation fonctionnelle.

Les déformations de l’articulation entraînent le raccourcissement de la jambe. Avec le réflexe de protection subconsciente de la jambe affectée, une boiterie grave apparaît progressivement, ce qui, à un moment donné, entraîne une incapacité à se déplacer sans l’aide de cannes et de béquilles. La souplesse de l’articulation s’amenuise progressivement et la capsule articulaire se contracte.

Béquilles
Une fois la jambe raccourcie du fait de la coxarthrose, une sévère boiterie apparaît, rendant les déplacements à pied quasiment impossible sans béquilles.

Comment traite-on l’arthrose de la hanche ?

Si elle n’est pas traitée, l’arthrose de la hanche peut entraîner une invalidité. Le type de traitement requis dépend du stade de développement de la maladie.

Si les symptômes sont légers et que les rayons X révèlent que la maladie n’a pas beaucoup progressé, les changements de mode de vie peuvent toujours être efficaces. S’exercer davantage, suivre un régime alimentaire sain, se débarrasser de ses kilos superflus et réévaluer d’autres aspects de sa vie peut contribuer à ralentir la progression de la maladie.

Si la douleur que vous ressentez est intense, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés. En ce qui concerne les sports recommandés pour les patients atteints de coxarthrose, la natation est l’une des options les plus bénéfiques. Si ce type de traitement s’avère inutile, le médecin est susceptible de vous prescrire des injections de corticostéroïdes. Une autre thérapie est la viscosupplémentation à l’acide hyaluronique.

La solution la plus radicale, qui est utilisée lorsque tous les autres traitements échouent, est la chirurgie de la hanche. Le remplacement de l’articulation de la hanche est une option qui permet au patient de recommencer à bouger. Elle devrait être utilisée à un moment approprié, car si les muscles du patient se sont déjà détériorés, il sera difficile de recommencer à marcher. Même avec une nouvelle articulation.

Bien que l’arthrose ne puisse être guérie, il existe un certain nombre d’options de traitement qui aideront à soulager la douleur et à améliorer la mobilité. Comme pour les autres maladies arthritiques, le traitement précoce de l’arthrose de la hanche n’est pas chirurgical. Votre médecin peut vous recommander une gamme d’options de traitement.

Modifications du mode de vie

Certains changements dans votre vie quotidienne peuvent protéger votre articulation et ralentir la progression de l’arthrose. Vous devrez réduire au minimum les activités qui aggravent la situation, telles que monter des escaliers.

Il faudra aussi que vous renonciez aux activités à fort impact comme le jogging ou le tennis, au profit d’activités à faible impact comme la natation ou le cyclisme. La perte de poids peut réduire le stress sur l’articulation, ce qui entraînera moins de douleur et un meilleur fonctionnement de l’articulation.

Thérapie physique

Des exercices spécifiques peuvent aider à augmenter l’amplitude des mouvements et la flexibilité, tout en renforçant les muscles de la hanche et de la jambe. Votre médecin ou votre kinésithérapeute peut vous aider à développer un programme d’exercice individualisé qui répond à vos besoins et à votre style de vie.

Dispositifs d’assistance

L’utilisation de supports de marche comme une canne, des béquilles ou une marchette peut améliorer la mobilité et l’indépendance. L’utilisation d’aides techniques comme une pince à long manche pour soulever des objets bas vous aidera à éviter les mouvements pouvant causer de la douleur.

Médicaments

Si votre douleur affecte votre routine quotidienne ou n’est pas soulagée par d’autres méthodes non chirurgicales, votre médecin pourra ajouter un médicament à votre plan de traitement.

L’acétaminophène est un analgésique en vente libre qui peut être efficace pour réduire les douleurs arthritiques légères. Comme tous les médicaments, les analgésiques en vente libre peuvent provoquer des effets indésirables et interagir avec les autres médicaments que vous prenez. Assurez-vous de discuter des effets secondaires potentiels avec votre médecin.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent mettre en évidence la douleur et réduire l’inflammation. Les AINS en vente libre comprennent le naproxène et l’ibuprofène. D’autres AINS sont disponibles sur ordonnance.

Les corticostéroïdes sont de puissants agents anti-inflammatoires qui peuvent être pris par la bouche ou injectés dans l’articulation douloureuse.

Chirurgiens
Ultime recours, la chirurgie soulage la douleur et permet au patient de vaquer à ses occupations quotidiennes.

Traitement chirurgical

Votre médecin peut vous recommander une intervention chirurgicale si votre douleur provoque une incapacité et qu’elle n’est pas soulagée par un traitement non chirurgical. Les options comprennent :

  • l’ostéotomie : soit la tête du fémur ou la cavité est coupée et réalignée pour soulager la pression sur l’articulation de la hanche. Cette procédure n’est cependant utilisée que rarement pour traiter l’arthrose de la hanche.
  • le resurfaçage de la hanche : dans cette procédure de remplacement de la hanche, l’os et le cartilage endommagés du cotyle sont enlevés et remplacés par une coque en métal. Cependant, la tête du fémur n’est pas retirée, mais recouverte d’un revêtement métallique lisse.
  • le remplacement total de la hanche : votre médecin retirera à la fois le cotyle et la tête fémorale, puis placera de nouvelles surfaces articulaires en métal, en plastique ou en céramique pour restaurer la fonction de votre hanche.

Après tout type de chirurgie pour l’arthrose de la hanche, il y a une période de récupération. Le temps de récupération et la rééducation dépendent du type d’opération pratiquée. Votre médecin peut vous recommander une thérapie physique pour vous aider à reprendre des forces et pour rétablir l’amplitude de vos mouvements. Après votre intervention, vous devrez peut-être utiliser une canne, des béquilles ou un déambulateur pendant un certain temps.

Dans la plupart des cas, la chirurgie soulage la douleur de l’arthrose et permet de réaliser plus facilement les activités quotidiennes.

Existe-il des remèdes et des traitements alternatifs ?

La supplémentation nutritionnelle est utile pour certains patients. La glucosamine et la chondroïtine en sont les formes les plus courantes. Certaines études suggèrent que l’acupuncture peut diminuer la douleur associée à l’arthrose de la hanche.

Bien qu’il existe peu de données scientifiques sur ce point, la plupart des chirurgiens de la hanche et des rhumatologues estiment que les patients souffrant d’arthrose de la hanche devraient envisager d’éviter les sports d’impact tels que la course à pied.

Il est important que les patients souffrant d’arthrose de la hanche évitent de diminuer leur niveau d’activité. Ils doivent être actifs pour rester en bonne santé. Toutefois, cela requiert parfois de modifier les programmes d’exercice. La course à pied est généralement mal tolérée par les patients souffrant d’arthrose de la hanche. Le vélo d’appartement, la natation et l’aérobic aquatique sont généralement bien tolérés et sont recommandés.

Exercices physiques
la pratique d’exercices physiques spécifiques permet de renforcer les muscles autour de la hanche.

Comment prévenir l’arthrose de la hanche ?

Une méthode de prévention de l’arthrose de la hanche consiste à maintenir un poids sain. En outre, vous devriez vous exercer. L’exercice renforce les muscles autour des articulations. Un tel renforcement peut aider à prévenir l’usure du cartilage dans une articulation. Votre fournisseur de soins de santé sera peut-être en mesure de faire des suggestions supplémentaires pour réduire votre risque d’arthrose de la hanche.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.