Symptômes et traitement du Papillomavirus chez l’homme

Le Papillomavirus humain est une infection causée par le virus du papillome humain (VPH). La plupart des infections par le Papillomavirus ne provoquent aucun symptôme chez l’homme et se résolvent spontanément.  Chez certaines personnes, l’infection peut cependant persister et entraîner des verrues ou des lésions précancéreuses. Ces lésions augmentent le risque de cancer du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, du pénis, de l’anus, de la bouche ou de la gorge.a

Une infection par le VPH est causée par le virus du papillome humain, qui touche aussi bien l’homme que la femme. L’agent causal est un virus à ADN de la famille des papillomavirus, dont plus de 170 types sont connus. Plus de 40 types sont transmis par contact sexuel et infectent l’anus, ainsi que les organes génitaux. Les facteurs de risque d’infections persistantes au VPH comprennent l’âge précoce des premiers rapports sexuels, des partenaires multiples, le tabagisme et une mauvaise fonction immunitaire.

Le VPH est habituellement répandu par contact direct peau contre peau, avec le sexe vaginal et anal étant les méthodes de contamination les plus courantes. Parfois, la maladie peut se propager d’une femme à son bébé pendant la grossesse. Contrairement à la croyance populaire, elle ne se propage cependant pas via des objets communs comme les sièges de toilette.

Il n’existe aucun remède contre ce mal. La prise en charge est essentiellement symptomatique. Les vaccins contre le VPH peuvent bienheureusement prévenir les types d’infection les plus courants. Pour être plus efficaces, ils devraient être utilisés avant qu’une infection ne se produise et sont donc recommandés aux individus ayant un âge compris entre 9 et 13 ans.

Symptômes

Plus de 170 types de HPV infectant l’homme ont été identifiés, et ils sont désignés par des numéros.  Certains types comme le VPH-5, peuvent établir des infections qui persistent toute la vie, sans jamais produire de symptômes cliniques. Les types VPH 1 et 2 peuvent provoquer des symptômes connus sous le nom de verrues chez certains individus infectés. Les types de VPH 6 et 11 peuvent provoquer des verrues génitales et une papillomatose laryngée. Les types VPH 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 68, 73 et 82 sont considérés comme hautement cancérogènes.

Les verrues

Verrues plantairesCes excroissances non cancéreuses sont l’un des symptômes les plus caractéristiques de l’infection. Les verrues sont causées par une croissance rapide des cellules de la couche externe de la peau. Alors que les premiers cas de verrues ont été décrits depuis le temps de la Grèce antique, leur origine virale n’a été établie qu’en 1907.

Les verrues cutanées sont plus fréquentes durant l’enfance. Elles apparaissent et régressent spontanément, au cours d’épisodes allant de quelques  semaines à plusieurs mois. Environ 10% des adultes souffrent également de ces symptômes. Tous les types de HPV sont censés produire des infections latentes dans un petit nombre de cellules souches présentes dans la peau. Bien que ces infections latentes ne puissent jamais être complètement éradiquées, on pense que le contrôle immunologique est capable de bloque l’apparition de symptômes tels que les verrues. Ce contrôle est spécifique au type de HPV, ce qui signifie qu’un homme peut devenir résistant à un type de VPH tout en restant susceptible à d’autres souches.

Dans une étude, une infection par les types de VPH 2, 27 et 57 a été trouvée chez des hommes atteints de verrues, alors que l’infection par les types de VPH 1, 2, 63 et 27 a été trouvée chez des femmes présentant une peau cliniquement normale. Les différents types comprennent les verrues communes, qui se retrouvent généralement sur les mains et les pieds, mais peuvent également toucher d’autres parties, comme les coudes ou les genoux. Les verrues communes ont une surface caractéristique en forme de chou-fleur. Les verrues plantaires se rencontrent sur la plante des pieds. Ils poussent vers l’intérieur, causant généralement des douleurs lors de la marche.

Les verrues subungueuses ou périungueuses se forment sous l’ongle, autour de l’ongle ou sur la cuticule. Elles sont les plus difficiles à traiter. Les verrues plates se trouvent le plus souvent sur les bras, le visage ou le front. Tout comme les verrues communes, les verrues plates surviennent le plus souvent chez les enfants et les adolescents. Chez les hommes ayant une fonction immunitaire normale, les verrues plates ne sont pas associées au développement du cancer.

L’infection de la région génitale est associée à des verrues génitales ou anales. Ces symptômes connues sous le nom de condylomata acuminata ou verrues vénériennes, sont le signe le plus facilement reconnaissable de l’infection. Les verrues génitales sont assez contagieuses, alors que les verrues communes, plates et plantaires sont beaucoup moins susceptibles de se propager d’un homme à l’autre.

En plus des verrues génitales, l’infection par le VPH de types 6 et 11 peut causer des symptômes rares, connus sous le nom de papillomatose laryngée récurrente, dans laquelle des verrues se forment dans le larynx ou d’autres voies respiratoires. Ces verrues peuvent être répétitives et entraver la respiration. Dans des cas extrêmement rares, il peut en résulter un cancer.

Les cancers

ADNEnviron une douzaine de types de VPH (y compris les types 16, 18, 31 et 45) ont été liés à des cancers tels que ceux de l’oropharynx, de la vulve, du vagin, du col de l’utérus, du pénis et de l’anus. Ces cancers impliquent une infection sexuellement transmissible du VPH. Les hommes infectés par le VPH et le VIH présentent un risque accru de développer un cancer du col de l’utérus ou de l’anus. On estime que 5% de tous les nouveaux cancers sont attribuables au VPH, ce qui en fait l’une des principales causes infectieuses de cancer.

Une infection sévère avec des types de VPH à haut risque, tels que les types 16, 18, 31 et 45, peut favoriser le développement du cancer. Les cofacteurs tels que la fumée de cigarette peuvent également augmenter le risque de tels cancers liés au VPH. Les cancers provoqués par le VPH surviennent lorsque des séquences virales sont accidentellement intégrées dans l’ADN des cellules hôtes. Des études ont également montré le lien entre une large gamme de types de VPH et le carcinome épidermoïde de la peau.

Presque tous les cas de cancer du col de l’utérus sont associés à une infection par le VPH, avec deux types, HPV16 et HPV18, présents dans 70% des cas. Le HPV de type 16 est la souche la plus maligne. Elle est présente dans 41 à 54% de tous les cancers du col de l’utérus et dans de nombreux cas de cancer vulvaire, de cancers du pénis et de cancers anal. En 2012, environ 528 000 nouveaux cas et 266 000 décès par cancer du col de l’utérus ont eu lieu dans le monde entier. Environ 85% d’entre eux se sont produits dans des pays en développement.

La plupart des infections au VPH du col de l’utérus chez la femme sont éliminées rapidement par le système immunitaire et ne progressent généralement pas vers un cancer. Les variantes HPV16 non européennes sont significativement plus cancérigènes que les variantes européennes. Des études montrent un lien entre l’infection par le VPH et les cancers péniens et anaux. Les HPV sexuellement transmissibles se retrouvent dans un grand pourcentage de cancers anaux. En outre, le risque de cancer anal est 17 à 31 fois plus élevé chez les hommes homosexuels et bisexuels que chez les hommes hétérosexuels.

Les formes sexuellement transmissibles de VPH représentent environ 25% des cancers de la bouche et de l’oropharynx). Le VPH est lié à l’augmentation des cancers oraux chez les non-fumeurs. S’engager dans le sexe anal ou oral avec un partenaire infecté par le VPH peut augmenter le risque de développer ces types de cancers.

Prévention

Les vaccins contre le VPH peuvent prévenir les types d’infection les plus courants. Pour être efficaces, ils doivent être utilisés avant l’apparition de l’infection et sont donc recommandés entre neuf et treize ans. Le dépistage du cancer du col de l’utérus avec le test Papanicolaou (pap) peut détecter un cancer précoce ou des cellules anormales susceptibles de devenir cancéreuses. Cela permet un traitement précoce qui se traduit par de meilleurs résultats. Le dépistage a réduit à la fois le nombre et les décès dus au cancer du col de l’utérus dans le monde développé. Les verrues peuvent être éliminées par congélation. Les méthodes de réduction des chances d’infection incluent l’abstinence sexuelle, les préservatifs, la vaccination et les microbicides.

Vaccins

VaccinTrois vaccins sont disponibles pour la prévention de l’infection par certains types de VPH: Gardasil, Cervarix et Gardasil. Tous protègent contre l’infection initiale par les types 16 et 18 du VPH, qui causent la plupart des cas de cancer associés au VPH.

Gardasil protège également contre les types de VPH 6 et 11, qui provoquent 90% des verrues génitales. Gardasil est un vaccin quadrivalent recombinant, alors que Cervarix est bivalent et est préparé à partir de particules virales. Gardasil est susceptible de prévenir environ 90% des cancers cervicaux, vulvaires, vaginaux et anaux. Il peut protéger contre les types de VPH 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58.

Les vaccins offrent peu d’avantages aux femmes qui ont déjà été infectées par les types VPH 16 et 18. Pour cette raison, le vaccin est recommandé principalement pour les femmes qui n’ont pas encore été exposées au VPH pendant des rapports sexuels. Le document de recommandations de l’Organisation mondiale de la santé sur la vaccination contre le VPH décrit clairement les stratégies appropriées et rentables pour l’utilisation du vaccin contre le VPH dans les programmes du secteur public.

Le CDC recommande que les vaccins soient administrés en deux doses, avec un intervalle d’au moins 6 mois entre eux, pour les personnes qui ont 11 à 12 ans. Trois doses sont recommandées pour celles qui sont plus âgées. Dans la plupart des pays, ils ne sont financés que pour les femmes, mais sont approuvés pour les hommes dans de nombreux pays. En Australie, ils sont financés pour les adolescents. Le vaccin n’a aucun effet thérapeutique sur les infections existantes ou les lésions cervicales. En 2010, 49% des adolescentes des États-Unis ont été vaccinés contre le VPH.

Après des études suggérant que le vaccin est plus efficace chez les jeunes filles que chez les adolescents plus âgés, le Royaume-Uni, la Suisse, le Mexique, les Pays-Bas et le Québec ont commencé à offrir le vaccin dans un programme à deux doses pour les filles de moins de 15 ans à partir de 2014. Gardasil protège également les hommes contre les cancers anaux et les verrues génitales.

Les préservatifs

PréservatifLe Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) affirme que l’utilisation du préservatif masculin peut réduire le risque d’infection par le virus du papillome humain (VPH), mais offre un degré de protection moindre par rapport aux autres maladies sexuellement transmissibles « car le VPH peut également être transmis par exposition d’autres zones comme la peau infectée ou les surfaces muqueuses, qui ne sont pas couvertes ou protégées par le préservatif « . Les préservatifs féminins fournissent une protection un peu plus grande que les préservatifs masculins, car le préservatif féminin permet de réduire le contact avec la peau. Des études ont suggéré que l’utilisation régulière du préservatif peut limiter efficacement la persistance et la propagation du VPH vers d’autres sites génitaux chez des individus déjà infectés.

Traitement curatif d’une infection par le Papillomavirus humain

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour l’infection par le VPH. En général, le système immunitaire du corps élimine le VPH naturellement dans les deux ans qui suivent l’infection dans 90% des cas. Cependant, les experts ne savent pas si le virus est complètement éliminé ou réduit à des niveaux indétectables. Les soins visent uniquement à l’amélioration des symptômes et pratiqués par de nombreux centres de santé.

Traitements médicamenteux

Parfois, les symptômes se résorbent souvent sans traitement. Cependant, il existe des médicaments topiques qui peuvent aider à éliminer les verrues. Au nombre de leurs principes actifs on trouve l’acide salicylique, la podophylline, l’imiquimod (Aldara, Zyclara) et l’acide trichloracétique.

  • Imiquinod

L’imiquimod est appliqué 3 fois par semaine au moment du coucher et le traitement se poursuit jusqu’à ce que les verrues aient complètement disparu. L’imiquimod doit être lavé 8 heures après son application. Les réactions cutanées locales sont fréquentes, surtout après contact avec les surfaces muqueuses. Les principaux effets secondaires sont l’érythème, les démangeaisons et la brûlure. Ce médicament a cependant l’inconvénient d’être cher.

  • Interface alfa

L’interféron alfa est une cytokine naturelle qui peut être produite par la technologie de l’ADN recombinant. Il a des effets immunomodulateurs puissants, ainsi que des effets antiviraux directs. L’interféron alfa est utilisé pour le traitement de symptômes comme les verrues ano-génitales externes et du condylome acuminata. Il est injecté dans la base de chaque verrue, de préférence par une aiguille de calibre 30, avec une dose de 3 millions d’UI 3 fois par semaine pendant 3 semaines. Pour les grandes verrues, il peut être injecté à plusieurs points autour de la périphérie dans une dose totale de 250 000 UI par verrue.

  • Podofilox

Podofilox est un agent antimitotique, qui est chimiquement synthétisé à partir de résine de podophylline naturelle. Le podofilox est utilisé dans le traitement des verrues génitales externes ou du condylome acuminata. Il est appliqué deux fois par jour pendant 3 jours consécutifs et le traitement est répété durant 4 semaines. L’application stimule la nécrose visible des tissus de verrues et les effets secondaires sont minimes.

  • Podophylline

La podophylline est une résine issue de la pomme de mai (Podophyllum peltatum Linné). Elle contient de la podophyllotoxine, un agent cytotoxique qui arrête la mitose durant la métaphase. C’est un médicament utilisé dans le traitement des verrues génitales externes et du condylome acuminata. La podophylline est appliquée directement sur les verrues. Avant l’application, il faut nettoyer soigneusement la zone touchée et éviter le contact avec des tissus sains. Il ne faut pas traiter de grandes surfaces ou de nombreuses verrues à la fois. L’ulcération et la douleur sont des effets secondaires potentiels de la podophylline.

  • Crème à base de fluorouracil

Une autre option est la crème à base de fluorouracil, qui interfère avec la synthèse de l’ADN et de l’ARN, créant ainsi une carence en thymine qui entraîne une croissance cellulaire déséquilibrée et la mort des cellules verruqueuses. Le fluorouracil est appliqué aux verrues génitales pour provoquer une desquamation chimique. La crème est appliquée 1 à 3 fois par semaine pendant plusieurs semaines au besoin. Avant l’application, il faut nettoyer soigneusement la zone touchée et éviter le contact avec les tissus sains. Il faudra appliquer le médicament avec précaution et laisser le sécher complètement avant d’effectuer toute activité. La protection de la peau environnante normale est impérative pour prévenir la douleur, les brûlures et l’ulcération. Cette thérapie n’est souvent pas tolérée par certains patients.

  • TCA et BCA

Le TCA et le BCA sont des agents kératolytiques extrêmement puissants qui pénètrent rapidement et cautérisent chimiquement la peau, la kératine et d’autres tissus. L’effet de cautérisation est comparable à l’effet de la cryothérapie ou de l’électrodésection. Ces agents médicaux peuvent être utilisés sur tous les types de verrues cutanées. L’acide salicylique est un kératolytique plus doux qui est généralement acheté sans ordonnance.

Ce médicament est utilisé principalement pour traiter les verrues cutanées non ganglionnaires. Le TCA, dans une concentration de 80 à 90%, est un traitement de choix pour le condylome vulvaire ou vaginal chez les femmes enceintes. Il doit être appliqué après prétraitement de la peau normale environnante avec de la vaseline. Un traitement efficace nécessite habituellement une application hebdomadaire pendant 4 à 6 semaines. L’effet secondaire principal est la douleur et la brûlure.

  • Sinécatéchines

Les sinécatéchines en onguent sont une autre option. Les sinécatéchines sont des extraits aqueux de feuilles de thé vert (Camellia sinensis) qui ont été approuvés par la FDA en 2006 comme médicament botanique pour traiter les verrues génitales. Plusieurs essais randomisés, en double aveugle et contrôlés par placebo ont démontré une bonne efficacité sur les verrues génitales externes. Les principaux effets secondaires sont l’érythème, le prurit et la douleur.

Les traitements chirurgicaux

Différentes techniques chirurgicales permettent de traiter cette pathologie. À l’exception de la cryothérapie, ces modalités présentent habituellement l’avantage d’éliminer les verrues en une seule opération. Les interventions chirurgicales

nécessitent généralement une anesthésie locale. Les thérapies chirurgicales pour le traitement du Papillomavirus humain comprennent la cryothérapie, l’électrochirurgie et l’excision chirurgicale.

  • Cryothérapie

Glace et cryothérapieLa cryothérapie est un moyen rapide et efficace pour traiter les formes simples des infections par le papillomavirus humain. Il agit en gelant l’eau intracellulaire, ce qui entraîne une destruction des cellules verruqueuses. Cette méthode est efficace pour la plupart des verrues cutanées simples. Les verrues du pénis et de la vulve répondent très bien à la cryothérapie. La cryothérapie du rectum est pénible et peu efficace. Parce que la cryothérapie n’entraîne aucune absorption systémique, il est sans danger pour les femmes enceintes, ainsi que pour le fœtus. Les principaux inconvénients de la procédure sont l’inconfort, l’ulcération et le caillebotis sur le site de traitement.

  • Electrochirurgie

L’électrochirurgie utilise un courant à haute fréquence pour couper et coaguler les verrues. L’utilisation d’une aiguille bipolaire est la procédure la plus efficace pour le traitement des verrues génitales externes. L’électrochirurgie peut être aussi utilisée pour éliminer les grandes verrues génitales externes. Cette procédure ne nécessite habituellement qu’une anesthésie locale et peut être réalisée en ambulatoire.

Une excision chirurgicale simple avec un scalpel, des ciseaux ou une curette peut être effectuée pour éliminer les verrues, en particulier les grandes verrues génitales. Cette opération est généralement réservée aux cas réfractaires. La procédure est habituellement effectuée en ambulatoire. Les lésions individuelles sont éliminées avec un scalpel après une anesthésie générale.

Cette opération est généralement effectuée en ambulatoire avec une anesthésie générale ou locale et est destinée au traitement des verrues réfractaire ou étendues situées dans la région ano-génitale. C’est le traitement de choix pour les femmes. La thérapie au laser est très efficace en raison de sa précision et de sa guérison rapide sans cicatrices. Le traitement au laser des condylomes vulvaires détruit efficacement les lésions tout en épargnant les tissus sains adjacents. La quantité d’énergie nécessaire pour éliminer une lésion condylomateuse avec le laser dépend de plusieurs paramètres, y compris la puissance du laser et la taille des verrues.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *