Bouton de fièvre : le reconnaitre et le soigner

La lésion cutanée généralement bénigne qui apparaît très souvent au niveau du pourtour des lèvres est communément appelée bouton de fièvre. On l’appelle aussi herpès labial, herpès buccal ou feu sauvage. Cette infection est provoquée par un virus très contagieux, le virus de l’herpès simplex (HSV). Souvent récurrentes, avec dans bien des cas, plusieurs épisodes au cours de l’année. Les poussées d’herpès labial peuvent être douloureuses et gênantes, voire inesthétiques. L’intensité et la durée des symptômes peuvent être réduites par le biais d’un traitement qui peut être médicamenteux ou naturel.

Les boutons de fièvre, qu’est ce que c’est ?

Les boutons de fièvre sont de petites vésicules douloureuses remplies de liquides. Ces lésions se forment autour de la bouche et sur les lèvres. Cette éruption apparaît quelquefois au niveau de la bouche, sous le nez, sur le menton, une joue. Ces petites vésicules disgracieuses qui apparaissent en bouquet au cours d’une poussée, laissent la place ensuite à des petites croûtes qui finissent par tomber.

Ces lésions bénignes sont très contagieuses. Elles constituent la manifestation occasionnelle d’un virus appelé Herpès Simplex Virus. C’est généralement le virus Herpès Simplex de type 1 qui est mis en cause dans la majorité des cas. Parfois, ce virus incriminé demeure dans l’organisme et ne provoque aucun symptôme, mais lorsqu’il se réactive à une fréquence qui peut varier d’une personne à une autre, il est à l’origine des poussées récurrentes.

Aucun traitement ne permettant d’éradiquer ce virus, le risque de nouvelles poussées n’est pas à écarter. Ces poussées peuvent, donc réapparaître à différents moments de la vie. Un affaiblissement du système immunitaire ou une exposition à un facteur déclenchant favorise la survenue des poussées.

Comment reconnaître les boutons de fièvre ?

L’herpès labial est caractérisé par un double aspect : une primo-infection et des symptômes caractéristiques liés aux poussées. Quand nous entrons en contact pour la première fois avec le virus qui est à l’origine du bouton de fièvre, on parle alors de primo-infection. Cette infection initiale généralement silencieuse peut être particulièrement bruyante avec des symptômes bien spécifiques. Cette première infection peut se manifester par des lésions visibles ou passer inaperçue.

Après cette primo-infection, le virus reste en dormance au niveau ganglionnaire jusqu’à sa réactivation (récurrence) qui se manifeste par d’autres épisodes de boutons de fièvre lors des poussées herpétiques. Le virus peut donc provoquer des infections primaires ou des infections récurrentes Les symptômes qui apparaissent lors de la première éruption des boutons de fièvre au cours de la primo-infection, sont bien différents de ceux qui se manifestent lors des prochaines éruptions (poussées herpétiques ou récurrences).

Herpès labial

Quelles sont les différences entre la primo-infection et les infections récurrentes ?

Les symptômes spécifiques au cours de la réactivation du virus sont à différencier de ceux qui sont manifestes au cours de l’infection initiale. Les symptômes de la récurrence sont moins importants que ceux de la primo-infection. En effet, les symptômes de la récurrence sont moins sévères, moins douloureux et durent moins longtemps par rapport à ceux de la primo-infection.

Ainsi, les boutons de fièvre qui se manifestent pendant les poussées herpétiques (récurrences) sont atténués. Les symptômes de la première irruption des boutons de fièvre sont donc plus virulents. Aussi, l’infection au cours de la récidive est plus limitée que durant l’infection initiale, avec notamment moins de symptômes et moins de lésions. Ainsi, lorsqu’un bouton de fièvre apparaît pour la première fois, il peut être grave, surtout chez les enfants dont le système immunitaire est affaibli.

La primo-infection

La primo-infection par le virus de l’herpès simplex (HSV) intervient généralement au cours de l’enfance. Souvent asymptomatique, elle peut se manifester cliniquement par une gingivostomatite herpétique primaire. Nous pouvons alors constater chez le sujet l’apparition d’une infection de la gorge, d’une enflure et de petites vésicules à l’intérieur de la joue, sur la langue, le voile du palais et les gencives ainsi que des vésicules sur les lèvres, le pourtour de la bouche. La rupture de ces vésicules entraîne parfois des ulcérations superficielles qui sont souvent douloureuses.

Ainsi, la primo-infection peut être caractérisée par des signes, des symptômes systémiques et des lésions vésiculaires, avec des atteintes qui affectent les lèvres et toutes les muqueuses de la bouche. Elle peut s’accompagner d’un état fiévreux, d’une myalgie, d’une déglutition douloureuse ou d’une dysphagie importante (difficulté d’alimentation). Elle affecte les enfants, mais également les adolescents et adultes. La duré de la maladie lors de la primo-infection, est d’environ de 10 à 14 jours, puis ne réapparaît plus.

Après la disparition des manifestations cliniques de la primo-infection, l’infection devient latente. Pendant cette période de latence, le virus ne provoque aucun symptôme. Le virus est alors inactif dans les ganglions. Cependant, avec un affaiblissement du système immunitaire sous l’influence d’un certain nombre de facteurs, la récurrence de la maladie peut survenir à une fréquence variable.

Les récurrences : boutons de fièvre

Après la première manifestation des boutons de fièvre, les irruptions suivantes sont les récurrences. Après l’infection initiale, les boutons de fièvre sont considérés comme un symptôme du virus de l’herpès simplex (HSV). Ils constituent le seul signe récurrent de la présence du virus dans le corps. Une infection récurrente marquée par des symptômes spécifiques, est appelée bouton de fièvre ou herpès labial.

En effet, une réactivation virale ou ‘’récurrence’’ peut survenir chez le sujet préalablement infecté et se traduire par des boutons de fièvre. Chaque fois que le virus est réactivé de nouvelles infections peuvent apparaître.

Les symptômes des boutons qui apparaissent après ceux de l’infection initiale, sont localisés dans des régions spécifiques du corps et sont caractérisés par plusieurs phases d’évolutions. La fréquence des récurrences varie d’un sujet à l’autre et tend à diminuer avec le temps.

  • La localisation

Les infections récurrentes siègent principalement sur le bord des lèvres ou autour de la bouche. Elles ne se limitent pas toujours à cette zone. D’autres régions du corps peuvent être affectées, surtout lorsque nous touchons les vésicules, et qu’ensuite nous touchons une partie du corps. Ces boutons de fièvre peuvent apparaître dans la bouche, autour des narines, sur le menton, sur la joue, et même, au niveau des yeux, des lobes de l’oreille. La zone faciale est l’une des localisations de prédilection des manifestations du virus de l’herpès labial.

  • Les différentes phases

Une crise de bouton de fièvre est caractérisée par plusieurs phases. De ce fait, les symptômes ont tendance à évoluer en plusieurs étapes, permettant de différencier aisément l’herpès labial des autres pathologies cutanées et infectieuses.

1ère étape: Prodrome : démangeaison ou picotement (Jour 1)

Cette phase apparaît, en moyenne un jour avant la manifestation des lésions sur le bord de la lèvre. Elle dure moins de 24 heures et se manifeste généralement par une démangeaison, un picotement, une douleur localisée ou une brûlure aux coins des lèvres, à la surface interne des lèvres, sur la langue ou au niveau du nez. Nous pouvons ressentir un inconfort ou une sensation inhabituelle dans le coin des lèvres. Mais, nous ne ressentons pas tous, ces signes annonciateurs qui préfigurent l’approche de la maladie.

2ème étape : Apparition des vésicules (Jour 1 à jour 2)

Après le prodrome, apparaissent des symptômes manifestes d’une infection, avec notamment, l’apparition d’une rougeur près de la lèvre et le développement de petites vésicules d’environ 2 à 4 mm de diamètre ou de petites surélévations, remplies de liquides. Ces vésicules qui apparaissent se regroupent pour former une seule grande ampoule.

3ème étape : suintement des vésicules (jour 2 à jours 3)

Toutes les petites vésicules grossissent, éclatent et laissent transparaître une ulcération ouverte, de couleur rouge et humide. Des fluides contenant des particules virales actives s’écoulent, le risque de contagion est alors maximal. Cette étape particulièrement douloureuse est la plus infectieuse ou contagieuse.

4ème étape : La formation de croûte (jour 3 à jour 8)

La vésicule éclate, puis le fluide sèche en formant une croûte à la surface des ulcères. Ces croûtes sont de couleur jaunâtre ou brune. Avec la formation de croûte, débute le processus de guérison.

5ème étape La guérison (jour 8 à jour 10)

La disparition de la croûte qui se détache, est progressive. Sous cette croûte, la peau se régénère et toute trace de bouton de fièvre disparaît, car la croûte tombe sans laisser de cicatrices.

Bouton de fièvre, quelle en est la cause ?

Le bouton de fièvre est une pathologie virale qui se manifeste par une éruption cutanée, avec notamment, l’apparition de vésicules au niveau des lèvres. Elle est donc causée par un virus, notamment le virus de l’herpès simplex. Il y a deux types de virus de l’herpès simplex : le virus de l’herpès simplex de type 1 (HSV-1) et le virus de l’herpès simplex de type 2 (HSV-2). Ces deux types de virus peuvent infecter les humains et sont susceptibles de provoquer des lésions sur toutes les parties du corps humains.

Le virus qui est à l’origine du bouton de fièvre est le virus de l’herpès simplex de type 1. Il ne peut pas être supprimé définitivement. Une fois qu’il a été contracté, il ne peut être délogé. Il demeure dans l’organisme pendant toute la vie. Il est dans un état de dormance à l’intérieur des cellules nerveuses, jusqu’à ce qu’il soit réactivé. Certaines personnes sont porteuses du virus, mais ne manifestent jamais les symptômes caractéristiques d’un bouton de fièvre, car le virus demeure inactif.

La contamination survient le plus souvent au cours de l’enfance. Lorsque le système immunitaire est affaibli, le virus peut redevenir actif et provoquer un herpès labial.

Virus de l’herpès simplex de type 1

Quelles sont les causes physiques de la réactivation du virus lié au bouton de fièvre ?

Plusieurs facteurs sont susceptibles de réactiver le virus et de déclencher l’apparition d’un bouton de fièvre. Il s’agit

  • d’une pathologie virale (le rhume) ou une inflammation de la gorge,
  • d’une fièvre (d’où le nom de «bouton de fièvre»),
  • d’un traumatisme (coupure, gerçure, traitement esthétique, ),
  • d’une fatigue ou un affaiblissement du système immunitaire,
  • des changements hormonaux au cours d’une grossesse ou lors de certaines périodes du cycle menstruel,
  • d’une exposition intense au soleil ou au froid
  • d’une extraction dentaire,
  • des immunodépressions spontanées ou acquises (VIH, cancers),
  • des traitements (les corticoïdes ou les immunosuppresseurs),
  • d’une blessure à la bouche.

Quelles sont les causes psychologiques de la récurrence ?

La récurrence de l’herpès labial appelée bouton de fièvre peut survenir après un facteur déclenchant d’ordre psychologique, notamment le stress ou un choc émotionnel. En effet, une situation de stress physique ou mental modifie le système immunitaire avec par ailleurs un épuisement de celui, lorsque le stress est trop important, favorisant conséquemment la réactivation du virus. Le stress constitue alors un facteur déclenchant de la récurrence.

Quelles sont les causes de la surinfection d’un bouton de fièvre ?

Avec l’apparition des vésicules, cette zone de la peau est davantage fragilisée. Du coup, les micro-organismes extérieurs, notamment les microbes peuvent aisément s’y infiltrer. Ainsi, l’utilisation des doigts pour gratter la zone au cours de l’apparition des vésicules, favorise la surinfection du bouton. Cette surinfection peut être provoquée par l’application de produits inadaptés pour le traitement du bouton de fièvre (corticoïdes, alcool) ou dépourvus de propriétés désinfectantes.

Quelles sont les causes des complications ?

De façon générale, le bouton de fièvre est bénin. Cette infection peut toutefois être associée à des complications rares mais parfois graves. Ces complications peuvent survenir chez les sujets ayant une immunité affaiblie par un traitement ou une maladie.

Exceptionnellement, le virus peut affecter le cerveau et provoquer une encéphalite herpétique qui peut être mortelle.

Aussi,  la kératite herpétique peut également faire partie des complications. Cette atteinte oculaire peut apparaître si nous touchons notre paupière ou notre œil après avoir touché les vésicules.

Se frotter les yeux peux vous contaminer

Le bouton de fièvre est-il contagieux ?

Le virus de l’herpès simplex de type 1 (HSV-1) est particulièrement contagieux, surtout lorsque les symptômes se manifestent lors des poussées herpétiques. Le virus se réactive et se manifeste alors par des lésions visibles. Quand les lésions éclatent et suintent, un liquide est libéré, le risque de contagion est alors très élevé. Les lésions sont donc contagieuses lorsqu’elles sont encore visibles.

Nous pouvons également propager le virus même si nous ne présentons pas les symptômes liés à l’herpès labial, surtout durant la période au cours de laquelle débutent les démangeaisons et les picotements. Nous sommes toujours contagieux jusqu’à ce que les boutons guérissent complètement. Même en dehors des poussées herpétiques, le bouton de fièvre est contagieux, car le virus peut se réactiver dans l’organisme sans provoquer de lésions visibles.

Le virus étant dans un état de dormance dans le corps, nous pouvons également le transmettre par la salive même si nous ne manifestons pas les symptômes liés au bouton de fièvre.

Comment le virus se propage-t-il ?

Le bouton de fièvre se manifeste généralement au niveau des lèvres, mais nous pouvons contaminer d’autres zones de notre propre corps (nez, menton, yeux, etc.) avec nos doigts qui peuvent faciliter le transport du virus dans d’autres parties du corps. Il existe donc une auto-contamination qui peut entraîner l’herpès oculaire susceptible de rendre le sujet aveugle.

Nous pouvons également transmettre le virus à d’autres personnes par contact cutané (peau à peau) avec une personne préalablement infecté, notamment par les baisers, ou par contact sexuel oral/ génital. La primo-infection survient souvent après un baiser donné par un sujet porteur du virus. Le partage d’objets (serviettes, rasoir, brosse à dents, rouge à lèvres, verre ou ustensile de cuisine non lavé) peut également favoriser la propagation de virus. Le virus est également contracté par le biais d’une coupure au niveau de la peau.

Transmission par baiser

Traitements du boutons de fièvre

Comment soigner le bouton de fièvre à l’aide d’une pommade ou d’une crème antivirale ?

Les pommades ou les crèmes antivirales font partie des médicaments à usage local. Nous pouvons les utiliser pour soigner le bouton de fièvre. Elles sont bien indiquées dès la manifestation des premiers signes de l’herpès labial (picotements, démangeaison), avant l’apparition des vésicules. Elles atténuent l’intensité de l’infection, réduisent le temps de contagion, accélèrent la guérison s’ils sont pris tôt. L’efficacité de ces crèmes ou pommades est réduite, voire limitée lorsqu’elles sont appliquées tardivement, c’est-à-dire, au moment où la croûte apparaît.

Il existe des crèmes ou des pommades qui contiennent de l’aciclovir. Elles empêchent la reproduction du virus  au sein des cellules et  permettent de réduire la durée et la fréquence des récidives. Ces crèmes ou pommade permettent de faire partir les symptômes de la maladie. Pour profiter du traitement par aciclovir, nous devons appliquer la crème en débordant autour de la lésion. Aussi,  il est recommandé de procéder à 5 applications par jour jusqu’à complète guérison.

Le traitement du bouton de fièvre par voie orale

Seul un médecin peut nous proposer un traitement antiviral par voie orale. Ce traitement permet de prévenir les récidives. Il est préconisé lorsque les récidives sont fréquentes ou apparaissent plus de six fois au cours de l’année. Les médicaments antiviraux oraux sont prescrits en présence des récidives particulièrement importantes. Ils permettent d’atténuer la douleur. Ils sont bénéfiques, car ils accélèrent grandement le processus de guérison avec une rapidité supérieure à celles des crèmes ou des pommades. Cette efficacité permet de prévenir les boutons de fièvre lorsque le traitement débute durant la première d’apparition des symptômes. Le respect scrupuleux des prescriptions médicales permettre de traiter efficacement le bouton de fièvre.

Quels sont les traitements de soutien ?

Nous pouvons avoir recours à des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens pour faire partir la douleur induite par le bouton de fièvre. Aussi, un antalgique à base de paracétamol peut être utilisé pour atténuer la douleur associée à une éruption liée à un bouton de fièvre. Des antihistaminiques sont destinés à l’élimination des démangeaisons, de l’enflure et des sensations de brûlure. Pour empêcher l’apparition d’une infection bactérienne secondaire, les zones de lésions peuvent être traitées avec des agents antibactériens ou des désinfectants. Au besoin, un antipyrétique peut s’avérer utile pour combattre la fièvre.

Traitement du bouton de fièvre, comment soigner avec les patchs ?

Les patchs sont des dispositifs médicaux à usage topique. Ils couvrent les lésions et permettent de les isoler ou de les protéger contre les agents extérieurs. Ce faisant, ils réduisent les risques de contamination par des bactéries et la propagation du virus Herpès Simplex.  Ainsi, ils aident à prévenir la contagion. Les patchs présentent également d’autres avantages :

  • apaisement des picotements, des brûlures et des démangeaisons,
  • soulagement de la douleur,
  • prévention de la formation de croûtes,
  • facilitation de la cicatrisation du bouton de fièvre.

Avant et après l’application, nous devons nous laver nos mains. Les patchs doivent être remplacés chaque fois qu’ils se détachent en vue de favoriser un port de patchs de façon continue ou une utilisation 24 h sur 24 jusqu’à ce que la lésion se cicatrise.

Lèvres

Comment soigner le bouton de fièvre avec l’huile essentielle de l’arbre à thé ?

L’huile essentielle de l’arbre à thé est un excellent remède naturel contre les boutons de fièvre. Appliquée dès les premiers stades de l’herpès labial, elle permet de soulager les démangeaisons, d’apaiser les sensations de brûlure. Elle est donc caractérisée par des propriétés analgésiques. C’est un excellent antiviral naturel qui permet d’éradiquer le bouton de fièvre et de faire partir rapidement les manifestations liées à cette infection. Pour profiter des effets bénéfiques de l’huile essentielle de l’arbre à thé, il suffit de tremper un coton-tige dans une goutte d’huile et de tamponner doucement sur le bouton de fièvre 3 ou 4 fois par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Traitement du bouton de fièvre, comment soigner avec le miel ?

Le miel permet de traiter en douceur le bouton de fièvre. Caractérisé par des vertus antiseptiques, ce remède naturel permet d’accélérer la cicatrisation, tout en régénérant la peau. Ainsi, nous pouvons soigner naturellement le bouton de fièvre avec du miel qui permet également de faire partir rapidement les symptômes de cette maladie.

Après avoir lavé soigneusement les mains, nous pouvons procéder à l’application du miel en badigeonnant la zone infectée. Après une quinzaine de minutes, il faudra rincer délicatement en tapotant doucement sans frotter à l’aide d’un coton imbibé d’eau. Cette opération doit être réalisée 3 fois au cours de la journée jusqu’à l’amélioration des symptômes.

Traitement du bouton de fièvre, comment soigner avec l’ail ?

Caractérisé par des propriétés antivirales, l’ail constitue un remède particulièrement efficace. Ce remède naturel permet de freiner l’évolution des boutons de fièvre. Dès que nous ressentons les signes d’un bouton de fièvre au niveau de lèvres, nous devons appliquer l’ail pour freiner ou prévenir l’apparition du bouton de fièvre. Ainsi, pour  faire partir ces signes annonciateurs du bouton et éviter l’éruption cutanée, il suffit de diviser une gousse d’ail en deux et de frotter doucement la zone dès que nous ressentons les picotements. Cette opération est à renouveler plusieurs fois au cours de la journée. Mais, ce remède n’est pas recommandée lorsque le bouton est déjà sorti, compte tenu des picotements qu’elle est susceptible de provoquer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.