La santé dans la peau

Acrochordons

Les acrochordons sont des excroissances bénignes de la peau qui peuvent apparaître n’importe où sur le corps, mais surtout dans les endroits où la peau forme des plis. Également connus sous d’autres appellations telles que le polype fibro-épithélial, le molluscum fibrome, la tétine de peau ou encore l’étiquette de peau, ils affectent aussi bien les hommes que les femmes. Bien qu’inoffensifs et non contagieux, ils peuvent s’avérer gênants et inesthétiques, voire incommodants. L’origine exacte des acrochordons n’est pas connue. De façon générale, les acrochordons ne requièrent aucun traitement. Mais, lorsqu’on veut s’en débarrasser parce qu’ils sont trop visibles ou constituent une source d’inconfort, les traitements habituellement utilisés sont, entre autres, l’exérèse chirurgicale, la cautérisation, la cryothérapie, l’électrocoagulation.

Causes

Peau sans imperfectionLes causes exactes de l’apparition des acrochordons ne sont pas connues. Mais, on évoque généralement des facteurs susceptibles de favoriser le développement de ces manifestations cutanées bénignes.

Le plus souvent, les acrochordons sont rares chez les jeunes enfants et ont tendance à se développer fréquemment chez les personnes âgées (60 ans et plus) ou chez les adultes après 40 ans. Ils peuvent, donc, être liés à la vieillesse ou au vieillissement de la peau.

Les frictions de la peau sont, également, suspectées avec l’apparition fréquente de ces excroissance de peau chez les personnes affectées par l’obésité ou en surpoids chez les lesquelles il y a constamment et de façon excessive des frictions ou des frottements peau contre peau. Ce facteur (la friction) est également mis en cause avec l’apparition de ces excroissances qui se développent dans les endroits du corps où la peau est en régulièrement en friction avec les vêtements (à proximité d’une bretelle de soutien-gorge ou dans un pli adipeux). L’irritation de la peau provoquée par les frottements des vêtements constituerait un autre facteur au même titre que les mouvements répétitifs qui favorisent les irritations et les frottements de la peau.

Les changements hormonaux qui interviennent au cours de la grossesse constituent un autre facteur de risque. Ainsi, les dérèglements ou les déséquilibres hormonaux pourraient jouer un rôle prépondérant.

Notez au passage pour celles (et éventuellement ceux) qui désirent suivre efficacement l’avancement de leur grossesse et savoir exactement où elles en sont (ou où leur conjointe en est dans sa grossesse pour les hommes) qu’il existe un petit site fort sympathique. Nous vous invitons à y jeter un oeil, il s’agit du site www.calculgrossesse.fr. Fin de l’aparté, nous pouvons maintenant revenir au sujet principal de cet article, les acrochordons.

Les acrochordons sont plus fréquents chez les sujets atteints du diabète du type 2, en raison d’une résistance à l’insuline. Le virus du papillome humain (VPH) serait, également, impliqué dans le développement des accrochons. Pour des chercheurs, il aurait une part d’hérité ou certaines personnes seraient prédisposées de façon héréditaire aux acrochordons. Certains sujets auraient, donc, des antécédents familiaux aux acrochordons.

Symptômes

Acrochordons dans le couUn acrochordons se manifeste par l’apparition d’une petite boule de chair ou de peau molle accrochée au reste du corps par une courte tige de peau plus ou moins mince, appelée pédoncule. Il ressemble à une boule souple pouvant mesurer quelques millimètres à un centimètre et demi, qui est pendue à la peau. Cette excroissance de peau charnue et douce à la surface de la peau, est généralement petite, molle, rosée ou de couleur brunâtre, de couleur chair, plus foncée ou parfois pigmentée. Ainsi, elle peut être caractérisée par une diversité de teintes.

Les acrochordons peuvent être lisses ou ridés avec un nombre et une taille qui varient d’un individu à un autre. Ils sont très petits quand ils apparaissent, mais le nombre et la taille des acrochordons peuvent croître avec l’âge. Aussi, ils peuvent être de légèrement asymétriques ou d’une forme circulaire. Ils sont constitués d’une accumulation de vaisseaux sanguins et de fibres collagènes entourés de peau.

Ils peuvent apparaître partout sur le corps, mais ils pendent fréquemment dans les parties du corps où la peau forme des plis : les plis du cou, les aisselles, l’aine ou l’intérieur des cuisses, sous les seins, sur les paupières ou autour des yeux, dans la région de l’abdomen où il y a des plis cutanés. Au niveau des paupières, ils peuvent gêner le regard ou peuvent être encombrants au niveau de la peau.

Les acrochordons sont généralement indolores, ce sont des tumeurs bénignes qui ne provoquent pas de graves problèmes de santé. Ils sont sans danger et il n’y a donc pas de complications associées à l’apparition des acrochordons. Dans bien des cas, ils peuvent tomber spontanément. Mais, lorsque les acrochordons sont rayés, entaillés ou frottés constamment au cours du rasage ou par les chaines d’un collier, les brettelles de soutien gorge et les vêtements, ils sont susceptibles de générer un inconfort, un saignement léger et des complications médicales.

Traitements

Visage lisseLes acrochordons inesthétiques, incommodants ou qui constituent une source d’irritation, peuvent être enlevés grâce à plusieurs traitements qui font appel à des  techniques bien spécifiques. Ainsi, un dermatologue ou un spécialiste de la chirurgie de la peau, peut procéder à l’élimination des acrochordons en ayant recours à l’exérèse chirurgicale, la cautérisation, la cryothérapie, l’électrocoagulation, la ligature.

  • L’exérèse chirurgicale

C’est un geste chirurgical qui consiste à enlever un acrochordon à l’aide d’une lame, d’un scalpel, d’une paire de ciseaux chirurgicaux ou tout autre instrument chirurgical tranchant. En d’autres, il s’agit de couper ces excroissances de peau avec un instrument chirurgical. Cette intervention chirurgicale est précédée d’une anesthésie locale en vue d’insensibiliser la zone et de stopper la douleur. Elle est rapide et sans douleur.

  • La cautérisation

La cautérisation consiste à brûler les acrochordons localement jusqu’à ce qu’ils disparaissent en appliquant une source de chaleur à l’aide d’une sonde. Très peu douloureuse avec un résultat instantané, elle est réalisée sous un contrôle médical.

  • La cryothérapie

La cryothérapie consiste à faire appel au froid extrême pour détruire les acrochordons en appliquant une quantité d’azote liquide à – 196°C. A l’’aide d’une sonde, l’azote liquide est appliquée à la base des excroissances de peau qui sont ainsi gelées et finissent par se nécroser avant de se détacher ou de se décoller rapidement. Les acrochordons sont, ainsi, éliminés par congélation.

  • L’électrocoagulation

L’électrocoagulation ou thermo-coagulation consiste à appliquer sur les acrochordons un courant électrique alternatif par le biais d’une aiguille en vue de les éliminer. Elle est rapide et efficace.

  • La ligature

La ligature ou la méthode du fil dentaire consiste à enrouler, à la base des acrochordons, un fil dentaire, un petit élastique ou un filament stérile et jetable en vue d’interrompre l’afflux sanguin au niveau de ces excroissances. Ce procédé, un peu douloureux, permet de supprimer les acrochordons en interrompant l’approvisionnement en sang. Après un certain temps, ce bout de peau qui est ainsi suffisamment serré, s’assèche, s’assombrit et tombe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.